DIVERTISSEMENT
25/09/2018 11:42 EDT | Actualisé 25/09/2018 11:43 EDT

Ron Fournier se confie sur son combat contre le cancer

«Du jour au lendemain, ta vie bascule, mais pas seulement la tienne...»

Radio-Canada

Ron Fournier a confirmé avoir combattu un cancer, ce mardi 25 septembre, dans le cadre de l'émission Puisqu'il faut se lever, diffusée sur les ondes du 98,5 FM.

En entrevue avec Paul Arcand, l'animateur de Bonsoir les sportifs a révélé avoir été diagnostiqué d'un cancer de la prostate il y a maintenant 18 mois.

«Du jour au lendemain, ta vie bascule, mais pas seulement la tienne, a confié le principal intéressé. Celle de Chantal, mon épouse, qui a été d'une aide et d'un support incroyables...»

«Quand tu es une personnalité publique, tu te dis que tu vas rester discret, parce que tu ne veux pas créer de vagues [...] Tu n'arrêtes pas de travailler, parce que si tu arrêtes de travailler, ça peut être difficile de rester à la maison», raconte-t-il.

Ron Fournier a poursuivi en encourageant les hommes à consulter, et à ne pas prendre les risques liés au cancer de la prostate à la légère.

Malheureusement, pour les femmes, c'est le cancer du sein, et pour les hommes c'est le cancer de la prostate.Ron Fournier

«Il y a 22 000 nouveaux cas de plus au Canada chaque année. Pire encore, en 2021 il va y avoir 88 000 nouveaux cas de cancer de la prostate par année au Canada. Ça ne s'améliore pas. Faites donc vos tests. Vous regardez votre cholestérol, votre diabète... faites la même chose avec la prostate.»

Ron Fournier a ensuite expliqué pourquoi il était demeuré en ondes malgré le diagnostic.

«Ça ébranle, ça déstabilise. Et tu te demandes ce que tu fais maintenant. Je continue de travailler? Ou je profite de la vie? Mais pour moi, profiter de la vie, c'est continuer de travailler. Avec l'accord de mon épouse, on a décidé ensemble que je continuais de travailler, parce que j'ai du fun, c'est agréable. C'est là que je me sens justement vivant.»

Ron Fournier termine en affirmant qu'il va bien aujourd'hui, tout en laissant entendre que si c'était à refaire, il en aurait parlé publiquement beaucoup plus tôt, mais qu'il est heureux malgré tout d'en discuter aujourd'hui en ayant une bonne nouvelle à annoncer.

À voir également :