POLITIQUE
24/09/2018 11:24 EDT | Actualisé 24/09/2018 11:38 EDT

Manon Massé n’embarque pas dans le «lançage de bouette»

«La population haït ça», estime la co-porte-parole de Québec solidaire.

Catherine Levesque

MONTRÉAL – La co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, n'a pas l'intention de répondre aux attaques lancées par son adversaire péquiste, Jean-François Lisée.

«Je vous annonce aujourd'hui, non pas en grande primeur, que je n'embarquerai pas dans ces jeux-là. La population haït ça. Ce n'est pas ça, la politique», a-t-elle dit, en marge d'une conférence de presse dans le local électoral de QS dans Rosemont.

M. Lisée en a rajouté une couche lundi matin au micro de Paul Arcand, au 98,5 FM, en accusant QS d'être un parti «anticapitaliste» et «ancré dans le marxisme».

«En fait, je veux juste nous rappeler, collectivement, que le Parti communiste du Québec a donné son appui à Pierre Karl Péladeau (par le passé) et vient de donner officiellement son appui au Parti québécois. Je n'ai plus rien à dire», a souri Mme Massé.

Capture d'écran
Extrait de l'appui officiel du chef du PCQ, André Parizeau, au Parti québécois.

De l'avis de M. Lisée, même si Mme Massé et Gabriel Nadeau-Dubois se montrent «ouverts, modérés, sympathiques», «le vrai pouvoir est ailleurs».

M. Nadeau-Dubois, qui était de passage tout de suite après, a répondu que le modèle de QS est connu depuis des années. «Ce n'est pas parce qu'on est des porte-paroles qu'on n'a pas de pouvoir de décision», s'est-il défendu.

Mme Massé dit pour sa part avoir reçu de multiples messages de soutien d'électeurs qui l'ont remerciée de ne pas avoir embarqué dans «ce lançage de bouette-là».

Elle souhaite passer le reste de la campagne à parler d'enjeux, plutôt que de jouer dans la boue. «Non pas que j'en ai lancé, mais j'en ai reçu pas pire!»

VOIR AUSSI: Carnet de fin de campagne - le pouvoir d'attraction de Québec solidaire