POLITIQUE
24/09/2018 22:25 EDT | Actualisé 25/09/2018 09:32 EDT

L'identité au Québec: comment les changements affectent-ils les partis politiques?

La jeunesse abandonne le PQ... mais tout n'est pas joué.

Les changements observables dans les conceptions identitaires des Québécois auront de profonds impacts sur les partis politiques, en fonction des valeurs et des idéaux qu'ils défendent. Le défi sera particulièrement grand pour le Parti québécois.

Affaiblissement de la «colonne vertébrale» du PQ

Selon un nouveau sondage Léger commandé par le HuffPost Québec, 39% seulement des Québécois se considèrent comme «Québécois d'abord» ou «Québécois uniquement». La chute est dramatique si on compare ce chiffre aux 60% obtenus par la même firme en 2011 dans un sondage commandé par l'Association d'études canadiennes (AEC).

À l'époque, l'actuel chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, disait que l'identité québécoise était la «colonne vertébrale» du vote souverainiste. Or, le PQ est systématiquement troisième dans les intentions de vote depuis un an. Malgré une remontée récente, il stagne autour de 20% d'appuis, ce qui serait le pire score électoral de l'histoire du parti.

Le sondage Léger/HuffPost montre que le parti est troisième (15%) lorsqu'on demande aux électeurs quelle formation représente le mieux leur opinion sur les enjeux d'immigration et d'identité. Chez les 18-24 ans, l'appui tombe à 12%.

Contacté par le HuffPost, M. Lisée a préféré attendre la publication des données avant de les commenter.

Orphelin d'une génération... ou d'un projet?

Selon Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger, les appuis historiquement bas au Parti québécois sont un reflet des changements dans les conceptions identitaires, particulièrement chez les jeunes.

«Le lien est direct. [...] Jusqu'au tournant des années 2000, deux jeunes électeurs sur trois qui votaient pour la première fois allaient voter pour un parti souverainiste, que ce soit au niveau provincial ou fédéral. Aujourd'hui, c'est moins de 20%.»

M. Bourque va même jusqu'à se demander si le nationalisme et l'État-nation sont encore des concepts pertinents pour les nouveaux électeurs.

Le Parti québécois n'est pas orphelin d'une génération. Il est orphelin d'un projet. Les gens le devinent sans nécessairement mettre le doigt dessus, mais le PQ a perdu sa raison d'être.Jean-Philippe Warren, sociologue

Le sociologue Jean-Philippe Warren ne partage toutefois pas cet avis. Il estime qu'un PQ qui remet l'accent sur son projet principal, la souveraineté, pourrait rapatrier une partie de l'électorat.

«Le Parti québécois n'est pas orphelin d'une génération. Il est orphelin d'un projet. Les gens le devinent sans nécessairement mettre le doigt dessus, mais le PQ a perdu sa raison d'être», dit-il, en référence au fait que le parti a remis à 2022 le débat sur l'indépendance.

Les jeunes aux libéraux

À l'inverse, notre sondage indique que les appuis au Parti libéral du Québec (PLQ) sur les questions identitaires sont plus forts chez les 18-24 ans (22%) que dans l'ensemble de la population (18%). Ce résultat va dans le même sens que les récents sondages sur les intentions de vote, qui donnent généralement le PLQ comme favori chez les jeunes.

Jack Jedwab, historien et vice-président exécutif de l'Association d'études canadiennes (AEC), tempère toutefois cet appui.

«Je ne pense pas que les jeunes disent "Wow! On aime beaucoup les libéraux et on adore Philippe Couillard!". J'ai plutôt l'impression que les discours des autres partis ne les rejoignent pas et qu'ils se disent que le statu quo est correct.»

DOSSIER: L'IDENTITÉ AU QUÉBEC
» Sondage exclusif: même les francophones ne se définissent plus comme Québécois avant tout
» L'identité au Québec: quel impact aura l'extrême droite?
» 100% musulman, 100% Marocain... et 100% Québécois
» Papa Noël Sow, s'intégrer en région
» PSPP sur la nation québécoise et les identités «communautaires»

Aucun parti chouchou

Chose certaine, la situation est encore sujette à changement et aucun parti ne semble faire consensus dans ses positions sur l'identité, comme le montre le graphique présenté plus haut.

Tous se trouvent sous la barre des 20% d'appuis et pas moins de 42% des répondants estiment qu'aucun parti ne les représente, ou encore refusent de répondre. Le PLQ est deuxième (18%), suivi du PQ (15%) et de Québec solidaire (6%).