POLITIQUE
23/09/2018 13:53 EDT | Actualisé 23/09/2018 16:05 EDT

Indépendance: Philippe Couillard met en doute les intentions de François Legault

«Le seul référendum c’est: après 15 ans de régime libéral, voulez-vous un autre quatre ans de gouvernement Barrette-Couillard?» - François Legault

PC/Graham Hughes
Philippe Couillard a rencontré des militants à Vaudreuil, dimanche.

VAUDREUIL, Qc — Huit jours du scrutin, la question de la souveraineté revient dans la campagne alors que le chef du Parti libéral du Québec (PLQ) estime que l'idée de l'indépendance n'était pas "complètement disparue" de l'esprit de son rival caquiste François Legault.

Tout en agitant de nouveau l'épouvantail de l'immigration afin de dénigrer le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), Philippe Couillard a remis en question dimanche les convictions fédéralistes de celui qu'il présente comme son "principal adversaire"

"Il a dit lui-même, il y a un moment: "je n'en parle pas (de la souveraineté) parce que les chiffres ne sont pas là", a lancé le chef libéral, en point de presse à Vaudreuil, en Montérégie. Est-ce que ce cela veut dire que si les chiffres changent il (M. Legault) va être d'accord encore? C'est à lui qu'il faut poser la question."

Par l'entremise de Twitter, M. Legault _ qui a été ministre de l'Éducation et de la Santé dans des gouvernements du Parti québécois (PQ) _ n'a pas tardé à répliquer en affirmant qu'en brandissant "l'épouvantail référendaire", M. Couillard était "à bout d'arguments".

"Le seul référendum c'est: après 15 ans de régime libéral, voulez-vous un autre quatre ans de gouvernement Barrette-Couillard?", a-t-il lancé.

M. Couillard a aussi reproché à son adversaire de laisser entendre qu'il pouvait obtenir de nouveaux pouvoirs auprès du gouvernement fédéral sans expliquer ce qu'il ferait advenant le refus d'Ottawa.

Son avis, personne, dans le reste du Canada, ne prend au sérieux la démarche de M. Legault.

"La suite logique de ces demandes, c'est de dire 'ok, qu'est-ce que je vais faire si la réponse est non?', a demandé la chef du PLQ. C'est à lui de répondre, pas à moi."

La suite logique de ces demandes, c'est de dire "ok, qu'est-ce que je vais faire si la réponse est non?, a demandé la chef du PLQ. C'est à lui de répondre, pas à moi.Philippe Couillard

Par ailleurs, tout en décochant des flèches à Québec solidaire (QS) en raison de la trop grande générosité des promesses de la formation de gauche, M. Couillard a également suggéré que l'élection d'un gouvernement caquiste projetterait une image négative de la province sur la scène internationale.

Le leader libéral faisait notamment référence à la proposition de la CAQ d'imposer un test de valeur et de français aux nouveaux arrivants. M. Couillard s'en est pris à ce qu'il a qualifié de "mea culpa de façade" de son rival de la CAQ sur ses erreurs en immigration, affirmant que la question de l'expulsion est toujours sur la table en cas d'échec au test caquiste sur les valeurs.

Il a affirmé qu'il ne souhaitait pas que l'on parle du Québec comme un endroit "fermé, craintif" et où l'on s'en remet au gouvernement fédéral pour d'éventuelles expulsions, comme le propose la CAQ.

"C'est presque du ridicule cette affaire-là, a-t-il dit. C'est mauvais pour le Québec d'avoir ce genre d'image."

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Trop généreux

Par ailleurs, si le leader libéral n'a jamais évoqué le PQ dans le cadre de la période des questions, il a remis en question le "réalisme" des promesses de Québec solidaire, estimées à 12,9 milliards $.

Ces critiques surviennent au moment où les solidaires gagnent des points dans les intentions de vote, au point de menacer les libéraux

à certains endroits, comme dans la circonscription montréalaise de Laurier-Dorion ou Sherbrooke, en Estrie.

D'après le chef libéral, l'impact budgétaire des promesses de QS allait enrichir les poches des banquiers.

"L'idée de prendre une partie du Fonds des générations, ce qui va entraîner la décote immédiate du Québec et faire en sorte qu'il faudra payer des centaines de millions de dollars en frais d'intérêt, ce n'est pas bon, a-t-il dit. La situation économique du Québec va se détériorer, nos paiements d'intérêt vont augmenter et ceux qui vont en profiter ce sont les banquiers à l'étranger."