POLITIQUE
23/09/2018 18:33 EDT | Actualisé 23/09/2018 18:33 EDT

François Legault ne compte pas faire de «cadeaux à des amis» de Couillard

«Je ne ferai pas de cadeaux à trois amis de Philippe Couillard, de les nommer et leur donner une "job" à vie.»

THE CANADIAN PRESS

MANIWAKI, Qc — S'il est porté au pouvoir le 1er octobre prochain, François Legault compte mettre fin à la pratique voulant que le nouveau premier ministre accepte trois nominations de collaborateurs de son prédécesseur.

«Je ne ferai pas de cadeaux à trois amis de Philippe Couillard, de les nommer et leur donner une "job" à vie. Moi, nommer trois amis de l'ancien premier ministre pour lui faire plaisir, là, c'est fini», a-t-il tranché en mêlée de presse à Gatineau, dimanche.

«C'est une vieille tradition (...) Moi, je trouve que c'est dépassé. C'était une façon de faire d'un autre siècle. Aujourd'hui, on nomme des personnes compétentes», a argué le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Selon lui, cette pratique alimente le cynisme: «On l'a vu avec "madame post-it", Pauline Marois avait accepté de nommer trois personnes», a-t-il illustré.

Galerie photoLa campagne électorale en images Voyez les images

Le chef Legault faisant référence à la nomination de Chantal Landry, qui avait hérité de ce surnom après son passage devant la commission Bastarache sur le processus de nomination des juges.

La première ministre Pauline Marois avait initialement consenti à sa désignation et celle de deux autres au sein de la fonction publique, à la demande du premier ministre libéral de Jean Charest avant de se raviser devant le tollé.

Le leader de la CAQ n'a pas voulu dire s'il annulerait des nominations auxquelles pourrait procéder le premier ministre sortant Philippe Couillard dans l'éventualité où il délogerait son adversaire libéral dans un peu plus d'une semaine.

«Je préférerais qu'il n'en fasse pas», s'est-il contenté d'offrir.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

Ménage au MTQ

Et les travaux de François Legault ne s'arrêteraient pas là: premier ministre, il s'affairerait à opérer un changement de culture au ministère des Transports du Québec (MTQ).

Afin de s'assurer du succès de l'entreprise de rénovation, «ça prend un ministre ou une ministre qui a de l'expérience en gestion», a-t-il signalé.

Le chef de la CAQ s'est défendu de vouloir gérer le MTQ comme une entreprise privée.

«L'objectif, ce n'est pas de réaliser un profit par action dans le prochain trimestre. L'objectif, c'est d'en donner pour leur argent aux Québécois», a-t-il argué.

Cela passe, comme dans l'ensemble de l'appareil de l'État, par une réduction de la bureaucratie, selon lui.

«Quelqu'un qui est en charge d'un appel d'offres, il est en charge. Il n'a pas besoin d'avoir quatre personnes au-dessus de lui qui donnent leur OK», a martelé François Legault en mêlée de presse.

Il est également clair pour lui «que si les sous-ministres et les hauts fonctionnaires qui n'ont pas la formation et l'expérience pour assumer des fonctions importantes et gérer des gros budgets, on va les remplacer».

Le MTQ doit aussi «rebâtir l'expertise» en son sein, car «actuellement, c'est un peu une école» puisque «les ingénieurs quittent pour le privé quand ils ont assez d'expérience», a affirmé le leader caquiste.