POLITIQUE
23/09/2018 13:24 EDT | Actualisé 23/09/2018 13:24 EDT

Les enjeux féminins absents de la campagne électorale, dit le Groupe des 13

Une coalition d'organisme accuse les formations politiques de tenir les électrices pour acquises.

andresr via Getty Images

MONTRÉAL — Après une année marquée par un mouvement sans précédent de dénonciation des violences sexuelles, les regroupements féministes de la province attendaient une campagne électorale résolument orientée vers la condition féminine. Quelle ne fut pas leur déception!

Certains partis font meilleure figure que d'autres en matière d'engagements envers l'égalité des genres, reconnaît Marie-Andrée Gauthier, coordonnatrice du Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec, mais aucun d'entre eux n'a mis ces aspects de son programme à l'avant-plan de la place publique.

Aux débats télévisés, pas un seul mot sur les femmes, avance-t-elle.

Le Groupe des 13 — qui coalise une vingtaine de regroupements féministes, dont la Fédération des femmes du Québec, le Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) et Femmes autochtones du Québec — a diffusé dimanche une lettre ouverte accusant les formations politiques de tenir les électrices pour acquises.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

Enchaîner les promesses qui concernent l'ensemble de la population ne suffit pas, car les politiques publiques n'ont pas les mêmes effets sur les hommes que les femmes, relève-t-on.

Marie-André Gauthier s'explique mal comment les politiciens peuvent parler de salaire minimum sans mentionner son impact sur les travailleuses, pourtant plus nombreuses à occuper des emplois précaires dans le secteur des services.

Il faut le nommer, on ne peut plus faire fi de cette réalité-là.Marie-André Gauthier

«Quand on parle de lutte à la pauvreté, il faut qu'on reconnaisse par exemple qu'au Québec, la pauvreté se féminise», a-t-elle enchaîné, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Parmi les engagements réclamés figurent un meilleur accès aux soins de santé et de services sociaux, l'équité salariale, une loi-cadre en matière de conciliation travail-famille et la reconnaissance des organismes communautaires féministes.

«Les partis, et leurs chef.fes, se plaisent à répéter que plus de femmes que jamais se présentent durant cette campagne et que cette parité est une belle progression. Certes, mais raison de plus pour questionner l'absence des enjeux spécifiques aux femmes du débat électoral», peut-on lire dans la déclaration du Groupe des 13.

À une semaine du scrutin, il est cependant encore temps de débattre, note-t-on.

«Si les partis veulent vraiment s'engager pour les droits des femmes au Québec, il reste plusieurs jours pour le faire», conclut Mme Gauthier.