NOUVELLES
22/09/2018 14:50 EDT | Actualisé 22/09/2018 14:50 EDT

Tornade: une «zone de guerre» dit le maire d'Ottawa

«Je n'ai jamais connu quelque chose de similaire de toute ma vie à Ottawa.»

Le maire d'Ottawa, dont la région a été frappée vendredi par une violente tornade qui a provoqué de très importants dégâts et fait une trentaine de blessés, a estimé samedi que certains quartiers ressemblaient à une "zone de guerre".

Le maire, Jim Watson, a raconté lors d'un point presse qu'il s'était rendu dès vendredi soir dans la commune de Dunrobin à l'ouest d'Ottawa, l'une des deux zones les plus touchées par la tornade avec la commune de Gatineau, au nord de la capitale dans la province voisine du Québec.

""C'est comme si une bombe était tombée sur le quartier (...) On aurait dit quelque chose comme une scène de cinéma ou une zone de guerre", a-t-il raconté, estimant que sa ville avait connu le pire coup de vent depuis une tempête de grêle qui avait ravagé la région en 1998. "Il y avait littéralement des dizaines et des dizaines, 60 d'après ce que j'ai compris, d'habitations détruites au moins partiellement".

"C'est l'un des deux ou trois événements les plus traumatisants (de l'histoire) de notre ville", a-t-il ajouté.

Je n'ai jamais connu quelque chose de similaire de toute ma vie à Ottawa.Jim Watson, maire d'Ottawa

Une trentaine de personnes ont été blessées lors du passage de la tornade, survenue vendredi en fin d'après-midi dans une zone à cheval sur l'Ontario et le Québec. Six blessés ont dû être hospitalisés, et deux d'entre eux se trouvaient dans un état critique samedi, selon l'hôpital de la ville.

A Dunrobin comme à Gatineau, des dizaines de maisons ont été endommagées, des voitures ont été emportées par des vents dépassant parfois les 200 km/h selon les estimations des météorologues.

La tempête a également fait tomber des dizaines de poteaux électriques dans toute la région. Plus de 200 000 personnes de la région d'Ottawa se trouvaient toujours sans électricité samedi matin, ont annoncé les autorités. Un retour à la normale "prendra des jours", a prévenu M. Watson.

Dans le quartier de Mont-Bleu à Gatineau, un riverain a filmé une vidéo impressionnante montrant des centaines de débris aspirés par le vent, tourbillonnant dans les airs au milieu d'immeubles.

"Il y a eu une coupure d'électricité et moins d'une minute plus tard, le vent a commencé à frapper sur les fenêtres", a-t-il raconté à l'AFP. Il a pris son téléphone et filmé la scène. "La tornade elle-même a duré moins de deux minutes. Les débris volaient partout, je n'avais jamais vu ça, à part à Hollywood", raconte cet habitant du quartier de Mont-Bleu.

La région entre Ottawa et Montréal (centre-est du Canada) subit chaque année une dizaine de tornades en moyenne, en général en juin ou juillet, très rarement d'une telle violence, selon les experts météo.