NOUVELLES
20/09/2018 10:02 EDT | Actualisé 20/09/2018 10:16 EDT

Maternelle 4 ans: la majorité des Québécois préconiseraient les CPE, selon un sondage Léger

Dans un contexte où la Coalition avenir Québec mise beaucoup sur sa promesse d'offrir la maternelle 4 ans à «100% des enfants».

La Coalition avenir Québec affirme que la maternelle 4 ans universelle favoriserait l'intervention précoce auprès des enfants présentant des troubles de l'apprentissage.
Getty Images/iStockphoto
La Coalition avenir Québec affirme que la maternelle 4 ans universelle favoriserait l'intervention précoce auprès des enfants présentant des troubles de l'apprentissage.

Alors que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault répète à qui veut l'entendre la promesse de son parti d'élargir l'offre de maternelle 4 ans à tous les enfants de la province, une majorité de Québécois estime que «le meilleur endroit pour le bien-être et le développement des enfants québécois de 4 ans» est dans un CPE ou un service de garde en milieu familial, selon un nouveau sondage.

Le coup de sonde mené par la firme Léger pour le compte de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) a été réalisé dans les jours qui ont suivi le Grand débat des chefs de la semaine dernière, au cours duquel le chef caquiste n'a pas manqué une occasion de réitérer sa position sur la maternelle 4 ans.

Léger/FIPEQ-CSQ

Malgré tout, 65% des répondants estiment que les CPE et les services de garde en milieu familial constitue un environnement d'apprentissage plus propice que l'école pour les enfants de 4 ans.

«Nier les études»

À plusieurs reprises au cours de la campagne électorale, la FIPEQ a accusé François Legault et la CAQ de «nier les études scientifiques au profit des lignes de presse» dans le dossier de la maternelle 4 ans, alors qu'au moins deux études québécoises récentes ont montré que l'éducation reçue dans le réseau des CPE prépare mieux les jeunes enfants à leur parcours scolaire que la maternelle à 4 ans.

Pour démontrer le bien-fondé de sa promesse, la CAQ se base quant à elle sur une étude réalisée en Ontario par le professeur Charles Pascal de l'Université de Toronto, qui reconnaissait effectivement les bienfaits de la maternelle 4 ans.

Or, comme le soulignait jeudi dans Le Devoir Christa Jappel, professeure au Département d'éducation de l'UQAM, «on compare des pommes avec des oranges». «En Ontario, il n'y a pas de réseau de CPE et les services de garde coûtent une véritable fortune», rappelait-elle.

L'apprentissage par le jeu

Les Québécois semblent d'accord avec François Legault lorsqu'il prône l'importance d'adopter une approche axée sur le jeu, mais semblent estimer que cela n'est pas possible à la maternelle. Quelque 68% des répondants au sondage Léger ont affirmé que les apprentissages des enfants de 4 ans passaient davantage par le jeu que par une scolarisation précoce.

Steve Debenport via Getty Images

Or, l'apprentissage par le jeu est déjà privilégié, autant dans les maternelles 4 ans que dans les CPE. Ce qui donne une longueur d'avance aux CPE sur les maternelles 4 ans, ce sont plutôt les ratios éducatrices-enfants moins élevés qu'à l'école et la formation plus spécialisée des éducatrices en petite enfance, selon la chercheure Nathalie Bigras, professeure titulaire au Département de didactique de l'UQAM.

Tout comme Mmes Bigras et Jappel, la FIPEQ est très sceptique quant à la faisabilité de la promesse de la CAQ, alors que la Commission scolaire de Montréal affirme qu'il faudrait 377 classes uniquement sur son territoire pour offrir la maternelle 4 ans pour tous.

À l'échelle provinciale, cela nécessiterait la construction de 2700 classes supplémentaires au Québec, selon les calculs du Parti québécois. Un défi colossal pour un futur gouvernement caquiste, tant sur le plan des infrastructures que de la main d'oeuvre, alors que 50% des enseignants quittent la profession au cours des cinq premières années de leur carrière.

À voir aussi: