POLITIQUE
20/09/2018 23:32 EDT | Actualisé 20/09/2018 23:32 EDT

Face-à-face TVA: François Legault fait un faux mea culpa sur l’immigration

Expulsera, expulsera pas?

MONTRÉAL – Après avoir perdu des plumes en raison du dossier de l'immigration, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a tenté d'étouffer l'affaire en reconnaissant ses «erreurs». Mais il ne change pas sa position, au final.

Pendant le Face-à-Face de TVA, le chef libéral Philippe Couillard l'a une fois de plus questionné sur ses propositions en matière d'immigration, notamment ce qui arriverait si les nouveaux arrivants ne passent pas les tests de valeurs et de français souhaités par la CAQ.

Il l'a confronté sur une citation d'un précédent débat où il disait ne pas vouloir expulser des citoyens, mais bien des «gens».

J'ai fait une erreur en parlant d'immigration. Je suis capable de le reconnaître.François Legault

M. Legault a répliqué qu'il ne comptait tout simplement pas renouveler le permis de travail ou accorder la citoyenneté à un demandeur qui échouerait les tests. Par le passé, il a réitéré que ces «gens» seraient «illégaux» et qu'il reviendrait à Ottawa de faire le nécessaire.

«Je ne suis pas parfait, ça m'arrive de faire des erreurs, a déclaré M. Legault. J'ai fait une erreur en parlant d'immigration. Je suis capable de le reconnaître. Vous, vous êtes un donneur de leçons. Vous aimez donner des leçons et les Québécois sont tannés.»

Quelle «erreur»?

Quelle est cette «erreur» dont il parle? En point de presse après le débat, M. Legault a refusé de confirmer si, oui ou non, des immigrants seraient expulsés sous sa gouverne s'il prenait le pouvoir et s'ils ne réussissaient pas ses tests de français et de valeurs.

«Ce que je dis, c'est que je n'ai pas assez parlé de l'importance que je vais accorder à l'intégration. Je veux mieux les accueillir, je veux qu'ils apprennent le français, je veux qu'ils apprennent nos valeurs, je veux qu'ils se trouvent un emploi, je veux qu'ils soient bien au Québec», a-t-il répondu.

Le chef de la CAQ s'excuse donc à tous ceux qui pensaient que l'intégration n'était pas importante pour lui, dit-il.

Massé se porte à sa défense

Fait étonnant, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, s'est portée à la défense de M. Legault pendant le débat. Elle dit qu'elle connaît bien l'homme et qu'il n'est pas intolérant, comme le laissent entendre certains.

À son avis, M. Legault aurait été influencé par certains de ses conseillers qui lui auraient dit que l'immigration serait un bon cheval de bataille pour gagner des votes.

M. Couillard, qui avait confronté M. Legault à ce sujet, dit qu'il n'a pas à expliquer les positions de son adversaire. Il se défend également d'être un «donneur de leçons», comme se plait à répéter son adversaire caquiste.

Toujours sur le même sujet, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a répondu que le chef de la CAQ était «complètement à côté de la plaque» sur l'immigration.