POLITIQUE
19/09/2018 13:51 EDT | Actualisé 19/09/2018 14:37 EDT

Un été payant : le gouvernement Trudeau a annoncé des dépenses de 43 milliards $

Principalement vers les circonscriptions libérales.

Jonathan Hayward/CP
Justin Trudeau s'adresse à la foule dans une assemblée à Saskatoon, en Saskatchewan, le 13 septembre 2018.

OTTAWA — Le gouvernement fédéral a annoncé cet été des mesures de financement totalisant 43 milliards de dollars et principalement destinées aux circonscriptions libérales de l'est du Canada.

Ces mesures incluent à la fois de modestes subventions, comme les 4000 dollars alloués à la rénovation d'un centre de loisirs municipal au Québec, ainsi que des montants beaucoup plus importants, comme les 22 milliards de dollars alloués à la Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté (un budget promis depuis 2015 et qui demeure inchangé).

Pour atteindre ce total de 43 milliards, le HuffPost Canada a compilé les annonces faites par les agences de développement régional et les ministères fédéraux entre le 20 juin et le 3 septembre, c'est-à-dire entre la fin de la session parlementaire et la Fête du Travail.

Les montants n'ont pas tous été alloués à des projets d'infrastructure ou à des programmes sociaux, puisque certains d'entre eux ont été attribués à des événements communautaires et à des mesures favorisant l'innovation. À l'Île-du-Prince-Édouard, le festival de Skinners Pond a reçu 40 000 dollars pour rendre hommage au chanteur Stompin' Tom Connors. Au Québec, une entreprise agroalimentaire s'est vu octroyer 50 000 dollars pour « caractériser la microflore indigène » et donner une saveur unique à sa nouvelle gamme de saucissons.

Les villes ont également bénéficié des largesses du gouvernement fédéral. La municipalité régionale d'Halifax a reçu 950 000 dollars pour commémorer le centième anniversaire de la tragique explosion de 1917, bien que cet anniversaire ait eu lieu l'an dernier.

Ce blitz de dépenses s'est déroulé juste avant le déclenchement officiel des campagnes électorales au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les gouvernements sortants de ces ceux provinces sont d'allégeance libérale, ce qui explique sans doute pourquoi des ministres et députés fédéraux ont souvent accompagné leurs homologues provinciaux pour faire les annonces préélectorales de circonstance.

Le 10 juillet, le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités Amarjeet Sohi et la ministre de la Protection des consommateurs et de l'Habitation Lise Thériault ont annoncé une aide fédérale-provinciale de 86 000 dollars pour la réfection d'une patinoire extérieure à Saint-Michel-des-Saints.

Le 12 juillet, c'était au tour de la députée libérale fédérale Brenda Shanahan d'accompagner Stéphane Billette, ministre québécois délégué aux PME et au Développement régional. Le duo a annoncé le versement d'une aide conjointe de 22,7 millions de dollars qui servira à construire une usine de fromage Mini Babybel à Sorel-Tracy, un château-fort du Parti québécois et du Bloc québécois.

HuffPost

La carte ci-dessus illustre la répartition des annonces de financement fédéral par circonscription effectuées durant l'été. Elle exclut les annonces d'envergure nationale, comme les 22 milliards de dollars destinés à la réduction de la pauvreté, ou les 9 millions de dollars que Patrimoine canadien entend verser pour « accroître le soutien communautaire destiné aux jeunes Canadiens noirs ».

Nous avons contacté Beth Hatt, qui a reçu une subvention de 475 000 dollars de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique dans le but de transformer l'un des plus anciens postes de traite des fourrures du pays en attraction touristique.

Pour l'instant, ce haut-lieu de la présence française en Amérique n'est qu'un terrain vague sur le bord du fleuve Saint-Jean. « Il s'agit d'un site très significatif », affirme Hatt. « C'est un site historique d'importance nationale, mais il n'y a rien pour le mettre en valeur. »

À titre de présidente de l'organisme de développement Fort La Tour, Beth Hatt a convaincu les autorités de faire construire une réplique de l'ancien poste de traite, à laquelle se grefferont des éléments plus modernes tels que des trottoirs en bois et un amphithéâtre assez grand pour accueillir des spectacles et des pièces de théâtre.

Soumise il y a un an, la demande de subvention initiale s'élève à 900 000 dollars (le reste du financement devant provenir de commandites et de dons privés). Mais en dépit de l'annonce d'Ottawa, il faudra attendre encore longtemps avant que l'organisation ne puisse toucher de l'argent sonnant.

« Nous devons payer nos fournisseurs et nos concepteurs graphiques afin de soumettre des pièces justificatives et toucher le financement promis. Le gouvernement ne verse pas des subventions directement, ce serait trop beau », affirme Hatt.

Les trois ministères les plus dépensiers

  • Emploi et Développement social Canada – 29,5 G$
  • Infrastructure Canada – 8,6 G$
  • Transports Canada – 719,2 M$

Les trois agences et ministères les moins dépensiers

  • Anciens Combattants Canada – 0 $
  • Ministère de la Justice – 0 $
  • Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario – 0 $

Emploi et Développement social Canada se classe au premier rang des ministères fédéraux les plus dépensiers durant l'ajournement de la Chambre des communes. En près de trois mois, pas moins de 29,5 milliards de dollars de subventions ont été annoncées par divers élus au nom de ce ministère.

Ce total inclut les 22 milliards de dollars promis par le Parti libéral à l'automne 2015. Un montant que le ministre du Développement social Jean-Yves Duclos a remis sur la table le 21 août dans le cadre de sa Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté.

Cette valse des milliards a été une occasion de remettre à l'avant-plan les mesures annoncées dans les budgets de 2016, 2017 et 2018 relativement à l'Allocation canadienne pour enfants, à l'Allocation canadienne pour les travailleurs et au Supplément de revenu garanti. (Il n'est pas possible de voir ce 22 G$ sur le graphique, puisqu'il est réparti dans plusieurs projets nationaux non spécifiques à une circonscription.)

Nombre de projets annoncés spécifiques aux circonscriptions

HuffPost

HuffPost

HuffPost

HuffPost

HuffPost

HuffPost

HuffPost

HuffPost
HuffPost

HuffPost

HuffPost

Au chapitre des dépenses sociales, nous avons contacté les membres de la filiale 171 de la Légion royale canadienne de Ladysmith (Colombie-Britannique), qui semblent satisfaits des montants obtenus. Or, cette filiale est la seule à avoir touché des fonds fédéraux au cours de l'été.

Selon David Whittier, directeur exécutif de la Légion royale pour la Colombie-Britannique et le Yukon, les 22 644 dollars qu'a reçus la filiale 171 proviennent du programme Nouveaux Horizons pour les aînés.

« L'âge moyen de nos membres est de 68 ans », affirme Whittier. « La subvention fédérale nous a aidés à entretenir notre centre de loisirs afin d'améliorer le confort et la sécurité des aînés qui viennent y jouer aux cartes, danser et prendre part à des activités artistiques. Les travaux d'entretien ont permis de colmater des fuites. Nous avons fait remplacer quelques fenêtres dont le bois était en train de pourrir. »

À titre de directeur fédéral de la Fédération canadienne des contribuables, Aaron Wudrick n'apprécie guère la stratégie de réduction de la pauvreté du ministre Duclos, qui ne comporte aucun argent frais.

« Je ne vois pas où ils veulent en venir. Ils dépensent l'argent des contribuables pour annoncer des choses déjà annoncées auparavant. »

« Ils peuvent publier un communiqué de presse s'ils le désirent. Ce que je conteste, ce sont les ministres qui prennent l'avion pour faire ces annonces à la grandeur du pays », affirme Wudrick.

Il est vrai que le Secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien Sean Casey, ainsi que le député d'Avalon Ken McDonald, se sont rendus à Bay Roberts le 2 août pour rappeler aux Terre-Neuviens que le gouvernement fédéral a versé 15 892 533 dollars à leur province depuis 2016. Aucun nouveau financement n'a été annoncé lors de cet événement.

En revanche, Anciens Combattants Canada et le ministère de la Justice n'ont envoyé aucun ministre ou député en mission pour annoncer de nouvelles mesures de financement. Leurs communiqués ne font état d'aucune dépense à venir ou déjà effectuée.

Interrogée à cet effet, une porte-parole d'Anciens Combattants Canada souligne que le budget fédéral de 2018 prévoit une augmentation de 3,6 G$ des mesures d'assistance, que le ministre a participé à 40 assemblées publiques, et que le ministère a mis en circulation une toute nouvelle Carte de service des anciens combattants.

« Le gouvernement du Canada accorde la plus haute priorité aux vétérans et à leur famille. Nous nous assurons qu'ils reçoivent tout le soutien et tous les services dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin », affirme Emily Gauthier dans un courriel.

«Sans ce financement, nous serions dans une position très différente»

À Thunder Bay, le syndicat Carpenters Local 1669 a fait une demande de subvention pour acquérir de l'équipement de soudure à des fins de formation professionnelle. Selon le coordonnateur Evan Reid, les démarches auprès d'Emploi et Développement social Canada ont duré environ six mois, et le syndicat a touché 166 000 dollars au mois d'août.

« Sans ce financement, nous serions dans une position très différente », affirme-t-il.

Cet apport d'argent permet au syndicat d'offrir la formation technique dont ses membres ont besoin pour maîtriser les équipements les plus récents.

Le directeur général du Musée de l'Héritage Sikh est du même avis en ce qui concerne les 380 000 dollars reçus de Patrimoine canadien pour le projet Becoming Canadians Eh! The Sikhs, y compris sa composante de réalité virtuelle et le sentier du patrimoine sikh.

« Sans subsides fédéraux, notre organisation ne pourrait pas accomplir un tel projet, voyager à travers le pays ou effectuer des recherches par elle-même », affirme Pardeep Singh Nagra.

Nagra ajoute que le musée n'a pas toujours reçu les subventions qu'il espérait. La demande précédente, effectuée dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération, a été rejetée dans un contexte où le gouvernement semble changer de priorités d'année en année.

LIRE AUSSI:

» Une députée libérale change d'allégeance à Ottawa

» Le Parti conservateur du Canada recrute un autre Québécois

» Les députés qui avaient claqué la porte du Bloc québécois sont de retour

Le ministre de l'Innovation Navdeep Bains s'est déplacé à Mississauga pour annoncer l'appui financier au Musée de l'Héritage Sikh. Toutefois, le communiqué de Patrimoine canadien ne fait pas mention des autres députés libéraux qui l'entouraient.

Dans une vidéo de la cérémonie, le ministre Bains présente ses collègues comme « des gens engagés dans leur communauté et désireux de promouvoir la diversité ». Il s'agissait plus précisément d'Omar Alghabra, Ruby Sahota, Sonia Sidhu et Kamal Khera – quatre députés de circonscriptions voisines arrachées au Parti conservateur en 2015.

De fait, les députés n'ont pas tous la chance de voir leur nom apparaître dans les annonces concernant leur circonscription. Au cours de l'été, Calgary-Centre a fait l'objet de quatre promesses totalisant 4,6 millions de dollars, mais le nom du député Kent Hehr n'est apparu sur aucun communiqué officiel. Les annonces ont été faites par trois ministres et un secrétaire parlementaire de l'Ontario qui se sont rendus en Alberta les 5, 8 et 10 juillet ainsi que le 28 août.

Le bureau de Kent Hehr indique que le député était bel et bien présent sur le chantier de construction d'une nouvelle résidence du YWCA, bien que son nom ne figure pas sur le communiqué du 5 juillet.

« Ces annonces coïncidaient avec le Stampede de Calgary, qui est une période de l'année très chargée en événements », affirme le porte-parole Vincent St-Pierre.

« Mon patron n'a pas pu participer aux événements du 8 et du 10 juillet pour cause de conflits d'horaire », ajoute-t-il. « Il essaie de rencontrer le plus grand nombre d'électeurs possible au cours de la saison en prenant part à des BBQ communautaires. »

St-Pierre confirme toutefois que le député n'a pas participé à l'annonce du 28 août.

La réputation de Kent Hehr a été ternie par des allégations d'inconduite sexuelle remontant à l'époque où il était député provincial de l'Alberta. Une enquête l'a contraint à démissionner de son poste de ministre des Sports et des Personnes handicapées au mois de janvier. Il n'a pas réintégré le conseil des ministres, mais est demeuré un membre du caucus libéral lorsque l'enquête a pris fin au mois de juin.

- Avec des informations d'Althia Raj

Cet article est le premier d'une série du HuffPost Canada faisant enquête sur les dépenses gouvernementales.