NOUVELLES
19/09/2018 09:42 EDT | Actualisé 19/09/2018 15:33 EDT

La chasse au cerf de Virginie pourrait être interdite dans un territoire des Laurentides

Les autorités ont entrepris leur réflexion après la découverte d'un cas de maladie débilitante chronique.

Photo d'archives
manuellacoste via Getty Images
Photo d'archives

Le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs songe à une fermeture de la chasse au cerf de Virginie dans les zones 9 ouest et 10, soit dans un territoire des Laurentides qui s'étend approximativement de la frontière de l'Ontario jusqu'à Saint-Donat, à l'est.

Les autorités ont entrepris leur réflexion après la découverte d'un cas de maladie débilitante chronique chez un cervidé d'élevage dans la région des Laurentides. Aucun autre cas n'a cependant été détecté au Québec. Un programme de surveillance est effectué parmi les cervidés en captivité et sauvages.

Au ministère, on est actuellement à effectuer un échantillonnage des cervidés autour du site infecté. L'objectif est de déterminer s'il y a eu propagation. S'il y en avait, il faudrait la freiner le plus rapidement possible parce qu'il devient difficile d'éliminer la maladie quand elle est introduite dans la faune sauvage.

La chasse sportive au cerf de Virginie est imminente dans la plupart des zones et a déjà débuté à certains endroits. La possibilité de fermeture de la chasse cause donc de l'inquiétude chez les amateurs de cette pratique. On veut d'abord sensibiliser les chasseurs.

Selon Nicolas Bégin, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, ce qui est sur la table, c'est la fermeture partielle de zones de chasse dans le secteur où l'élevage se trouve dans les Laurentides. Actuellement, ce n'est pas une décision officielle. Par contre, affirme-t-il, l'idée est envisagée afin d'éviter la propagation de cette maladie.

Les secteurs concernés ainsi que les modalités en cas de fermeture seront précisés dès que possible sur le site web et sur la page Facebook du ministère.

Des analyses en laboratoires constituent la seule façon de diagnostiquer la maladie hors de tout doute. Il y a quand même des indices qui peuvent laisser croire qu'un animal pourrait en être atteint. On parle de maigreur excessive, de salivation, de tremblements subtils de la tête, ou d'une position des membres élargie. Il peut y avoir aussi un pelage terne et pâle ou hérissé. L'animal peut être agressif, peut paniquer ou avoir un comportement anormal. Il peut aussi avoir des problèmes de coordination des mouvements.

Ces manifestations physiques de la maladie surviennent généralement 18 à 48 mois après que l'animal a été infecté. Un cervidé pourrait donc être porteur de la maladie sans nécessairement présenter de signes cliniques.

Les chasseurs sont invités à signaler aux autorités toute observation de cervidé présentant des signes pouvant être associés à la maladie.