NOUVELLES
19/09/2018 14:39 EDT | Actualisé 19/09/2018 15:22 EDT

Le 2159, première adresse pour des jeunes en difficulté

«Sans le 2159, je ne serais peut-être même pas encore en vie» - Dorianne, une ex-pensionnaire de l'organisme.

En sortant des centres jeunesse, le jour de leurs 18 ans, plusieurs jeunes Québécois sont bien mal préparés pour la vraie vie. Des tâches simples du quotidien comme prendre l'autobus, cuisiner un repas ou faire la lessive sont parfois encore un mystère pour ces jeunes au passé trouble, qui n'ont pas toujours bénéficié d'un environnement stable et propice à ces apprentissages.

Le 2159, volet jeunesse de l'organisme Action Nouvelle Vie, accompagne depuis trois ans des jeunes à risque de 15 à 24 ans afin de contrer la délinquance, l'itinérance et l'exploitation sexuelle. L'organisme aide les jeunes à chercher un emploi ou à s'inscrire à l'école, tout en offrant des ateliers pratiques, culinaires ou artistiques. «Parfois, on parle même d'hygiène», illustre la directrice.

Un nom symbolique

«On a appelé ça le 2159 parce qu'on voulait que les jeunes aient une première adresse. Souvent, ils vont dire "moi je viens de tel centre". Ils n'ont pas vraiment une identité à eux, une adresse. Le 2159, c'est pour leur rappeler que "c'est fini pour moi, j'ai une adresse à moi"», explique Julie Denis.

Et ça marche, assure Dorianne, une ancienne pensionnaire de l'organisme. Au terme d'un passage en détention juvénile à l'âge de 17 ans, la jeune femme a atterri au 2159 à la recommandation de son agente de probation.

«J'avais des mauvaises fréquentations, j'étais affiliée à des gangs de rue.»Dorianne

«Quand t'arrives là-bas, tu vois qu'il y a vraiment des liens forts entre les personnes. Tu rentres là et ils t'accueillent avec le gros sourire, peu importe comment tu es», témoigne Dorianne.

«Quand je suis arrivée, j'étais vraiment réservée. J'étais vraiment bête avec le monde et même si j'étais bête, ils venaient me parler. Ils ont vraiment réussi à me mettre à l'aise», se remémore-t-elle.

Avec le soutien du 2159, la jeune femme a entrepris de terminer son secondaire et s'est trouvée. Elle compte étudier en intervention en délinquance pour travailler auprès de jeunes de la rue.

Et si elle n'avait pas trouvé l'organisme? «Je pense que je serais encore dans les mêmes délires qu'avant. Je pense que je consommerais encore, je me tiendrais avec du monde croche... Honnêtement, je ne serais peut-être même pas encore en vie», laisse-t-elle tomber.

Courtoisie/2159
Le 2159 offre des accompagnements spécialisés à plus de 150 jeunes chaque année, dont plusieurs viennent du réseau des centres jeunesses de la Montérégie.

Le centre a la capacité pour héberger 18 jeunes, mais n'en accueille que 8 à l'heure actuelle par manque de fonds. «Pour héberger des jeunes, il faut avoir de la surveillance 24 heures sur 24, il faut plus de suivis psychosociaux - donc avoir une travailleuse sociale ou une criminologue de plus, quelqu'un de diplômé qui peut faire des suivis psychosociaux -, de plus d'éducateurs pour tous nos projets d'accompagnement à l'interne, etc.», énumère Julie Denis.

L'organisme est présentement en campagne de financement et espère être en mesure d'accueillir 18 jeunes d'ici la fin de l'an prochain.

Le Bal 2159, levée de fonds annuelle de l'organisme, aura lieu le 21 septembre prochain à l'aérogare St-Hubert sous le thème A Taste of Thailand. Ludivine Reding, Kim Rusk, Lou-Pascal Tremblay et Jason Roy-Léveillé seront présents à titre d'ambassadeurs.