DIVERTISSEMENT
17/09/2018 21:28 EDT | Actualisé 17/09/2018 21:28 EDT

«Révolution» : préparez-vous à vivre de grands frissons sur les ondes de TVA

La compétition de danse va rendre fou d'émoi tout le Québec.

Sarah-Émilie Nault

Je vous défie de ne verser aucune larme lors de la diffusion du premier - et de tous les autres - épisode de Révolution, cette grande compétition de danse s'apprêtant à rendre fou d'émoi tout le Québec. Aux termes d'un visionnement de presse dévoilant le premier épisode, il est facile de prédire un succès grandiose pour cette émission sans faille qui a tout pour devenir le nouveau rassemblement incontournable du dimanche soir.

Qu'est-ce que cette fameuse « Révolution »?

La Révolution, c'est d'abord une technologie révolutionnaire (d'où son nom!) et unique au monde, développée ici, au Québec. Un système composé de 128 caméras disposées tout autour de la scène circulaire afin de créer le parfait effet 360 degrés. Son rôle? Saisir au vol un moment spectaculaire de chaque performance qu'on baptisera « le moment Révolution ». Le tout en créant un effet visuel hallucinant, sorte de moment à LaMatrice (le film) figeant ce fameux instant dans le temps et permettant au public de saisir toute la puissance et le talent des danseurs. Un outil qui, en plus de pousser les danseurs au dépassement et d'offrir à la danse un nouveau miroir en trois dimensions, aidera les maîtres à prendre leurs ultimes décisions. Et ce, tout au long des diverses étapes - et à différents degrés d'importance - de la compétition.

Si « vivre ensemble des moments forts » était le but avoué du réseau TVA en proposant cette Révolution, on peut déjà presque crier mission accomplie tant les premières images laissent une forte impression. Tout y est : de la danse de haut calibre, du suspense, des moments touchants et d'autres stupéfiants, différents types de danses, des danseurs (amateurs ou professionnels) de tous âges et de tous les horizons brillant en solo, en duo ou en groupe, de la passion, des larmes de joie et de déception, de l'entraide, beaucoup de stress, de l'amitié qui déplace les montagnes, de la fierté et autant d'amour que de talent.

Sarah-Émilie Nault

Ajoutons à cela des maîtres dont la réputation n'est plus à faire et qui se font tout aussi attachants que pertinents : Jean-Marc Généreux, Lydia Bouchard et l'archi-populaire duo Les Twins. Puis une égérie unanimement adorée des participants et du public: Sarah-Jeanne Labrosse.

« Je ne connaissais rien à la danse, a-t-elle d'ailleurs expliqué. C'est une très grande découverte pour moi, même si encore aujourd'hui j'en connais très peu. C'est un milieu que j'apprends à découvrir et qui me fascine. Je suis en admiration totale devant les danseurs, ce sont des humains qui me touchent particulièrement, qui sont très sensibles, qui sont libres, qui sont dans l'exploration et qui sont très disciplinés et rigoureux. C'est grandiose et pour moi, sincèrement, ça a changé ma vie. »

Le captivant premier épisode

Révolution se déroulera en trois phases tout au long de ces 12 grands rendez-vous télévisuels: celle des auditions, des face-à-face puis des finales.

Le premier épisode résume ainsi une parcelle de la ronde des auditions - cinq épisodes y seront consacrés - à laquelle ont pris part une centaine de danseurs sélectionnés (sur plus de 3000 danseurs s'étant initialement présentés). On apprend que pour passer à la phase suivante, les participants doivent obtenir les votes des trois maîtres. Deux votes signifient une mise en ballottage, alors qu'un seul vote veut dire que tout s'arrête. Naturellement, il n'y a que 36 places disponibles.

Le long de ce premier épisode de 90 minutes qui passe à la vitesse de l'éclair, c'est la voix douce de Sarah-Jeanne qui porte les spectateurs vers ces rencontres et ces prestations. Celle-ci joue un peu le rôle de grande sœur ou d'amie de ces participants aux émotions à fleur de peau, et se fait tour à tour motivante, curieuse, emphatique et rassurante.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

On fera la connaissance d'un groupe survolté dansant le jive, d'un groupe de jeunes filles (elles sont âgées de 11 et 12 ans et sont dans les plus jeunes à participer à la compétition) exécutant du théâtre musical, d'une jeune danseuse de ballet contemporaine qui lancera « je n'ai peut-être pas le corps, mais j'ai le cœur » et dont l'issu de l'audition arrache bien des larmes et d'un danseur de hip-hop performant sur la chanson Seul au monde de Corneille.

De la petite Laurie, 11 ans, venue de Trois-Rivières avec son incroyable attitude aussi (encore une fois, impossible de ne pas pleurer), d'un duo de cha-cha-cha à la Great Gatsby, d'une troupe formée de six filles et d'un seul garçon, d'un groupe de danseurs alliant hip-hop et mouvements de danse contemporaine, de la plus belle des danseuses de 58 ans (quel beau moment de télé!), d'un danseur de claquettes endiablé et d'un couple prenant le risque de déconstruire la technique de ballet classique sur fond de The Show Must Go On interprété par Céline Dion.

Le tout entrecoupé de commentaires et conseils des maîtres, de mots d'encouragement et de réconfort de Sarah-Jeanne, de rencontres et d'histoires des plus inspirantes (sans jamais, pour une fois, tomber dans le mélodramatique), de refus déchirants et de savoureux moments Révolution. Un bien beau prélude à ce qui sera sans doute une année marquée du sceau de la Révolution.

La compétition de danse Révolution sera présentée tous les dimanches à 19h30 sur les ondes de TVA. Dès le 23 septembre.