Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'opposition à Montréal veut aider Toronto dans sa lutte contre Doug Ford

Mais il n'y a pas de message sous-entendu pour François Legault.
Lionel Perez.
Lionel Perez.

Les élus de l'opposition souhaitent que Montréal manifeste son appui à la Ville de Toronto, qui se bat contre une réduction drastique du nombre d'élus imposée par le gouvernement de Doug Ford. Ils nient tout message envoyé à François Legault, qui jongle avec l'idée d'en faire de même à Montréal.

Le premier ministre ontarien souhaite réduire de force le nombre d'élus au conseil municipal de Toronto, qui passera de 47 à 25. Le hic, c'est que les élus municipaux sont déjà en campagne électorale.

La Ville a battu le projet de loi imposant cette mesure devant la Cour supérieure de l'Ontario, mais le gouvernement de Doug Ford a invoqué la clause dérogatoire pour outrepasser le jugement.

On veut démontrer notre solidarité à l'échelle municipale. Il ne faut pas compromettre les droits démocratiques locaux. C'est fondamental.Lionel Perez, chef de l'opposition officielle à Montréal

Le conflit torontois a eu des relents dans la campagne électorale québécoise. Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, s'est montré ouvert à l'idée de réduire le nombre d'élus à Montréal. Il y a actuellement 64 conseillers de ville et 38 conseillers d'arrondissement. Avec la mairesse, cela représente 103 postes électifs.

M. Perez affirme que sa motion n'a rien à voir avec les paroles de M. Legault. Il incite toutefois tous les niveaux de gouvernement à se positionner sur l'indépendance des instances municipales.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.