POLITIQUE
17/09/2018 15:49 EDT | Actualisé 17/09/2018 16:10 EDT

Changements climatiques : «On se base sur quoi?» demande Éric Girard, un candidat de la CAQ

Éric Girard, qui se présente dans Lac-St-Jean, se défend d’être «climatosceptique».

Éric Girard a déjà fait le saut en politique, comme l'ancien maire de Saint-Nazaire. Il est actuellement propriétaire d'une ferme bovine et vice-président régional de l'UPA.
Catherine Levesque
Éric Girard a déjà fait le saut en politique, comme l'ancien maire de Saint-Nazaire. Il est actuellement propriétaire d'une ferme bovine et vice-président régional de l'UPA.

ALMA – Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Lac-Saint-Jean, Éric Girard, est sceptique face aux phénomènes météorologiques extrêmes qui confirment l'impact des changements climatiques sur la planète.

Le HuffPost Québec a passé quelques heures avec le candidat, la semaine dernière, dans le cadre d'un portrait sur la circonscription de Lac-Saint-Jean, où le Parti québécois (PQ) et la CAQ sont presque au coude-à-coude dans les sondages.

Le candidat Girard, qui est propriétaire d'une ferme bovine, dit que le climat est «une science difficile à évaluer» et qu'«il ne faut pas nécessairement conclure aux manifestations de changements climatiques pour un épisode de grêle ou de canicule».

À son avis, il est trop tôt pour en arriver à ces conclusions, puisque les études qui confirment ces phénomènes météorologiques extrêmes sur la planète sont récentes.

LIRE AUSSI:Le PQ et la CAQ se disputent le Lac-Saint-Jean après le départ d'Alexandre Cloutier

«On se base sur quoi?» a-t-il lâché, en se demandant si on est «certains à 100%» que le réchauffement climatique des dernières années ne ferait pas partie d'un cycle de températures normal.

Avant d'entrer dans son pick-up, le candidat de la CAQ s'est défendu d'être un «climatosceptique».

M. Girard dit qu'il ne se fait «pas tant parler» d'environnement par ses concitoyens, mais se dit d'accord pour que les gens «en ville» - où le trafic automobile crée une grande part des gaz à émissions de serre – priorisent les voitures électriques et le transport en commun.

La CAQ défend son candidat

L'attachée de presse régionale de la CAQ, Nancy Desgagné, confirme la version du candidat, mais précise que «oui, il croit aux changements climatiques, c'est évident».

«C'est un agriculteur. De la grêle, il en a vu d'autres. Il trouve que, justement, il ne faut pas conclure à ce qu'un épisode de grêle égale les changements climatiques à chaque fois. Parfois, ça peut juste faire partie d'une manifestation naturelle», estime Mme Desgagné.

«Mais en général, oui, on peut observer les changements climatiques avec les données scientifiques», ajoute-t-elle en conclusion.

Le PQ parle d'une «crise climatique»

William Fradette, qui se présente sous la bannière péquiste, est quant à lui bien conscient de ce qu'il appelle la «crise climatique», à l'instar de son parti. L'expression apparaît d'ailleurs dans le plan environnemental du PQ dévoilé plus tôt ce mois-ci.

Le candidat est d'accord pour ne pas «punir» les utilisateurs de voitures à essence, qui sont indispensables loin des grands centres.

Mais il se désole que le plan d'électrification des transports du gouvernement Marois, qui prévoyait 5000 bornes de recharge à travers la province, n'ait jamais vu le jour.

Il y a présentement deux bornes de recharge pour les véhicules électriques et hybrides à Alma, et neuf autres au Lac-Saint-Jean. Selon M. Fradette, il est «gênant» qu'il n'y en ait pas plus dans la région.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

À voir également: