POLITIQUE
14/09/2018 13:24 EDT | Actualisé 14/09/2018 13:35 EDT

#Pastellement: Muguette Paillé a un seul conseil pour Raymonde Chagnon après son apparition au débat des chefs

C'est pas donné à tout le monde de devenir une star pendant un débat télévisé!

Alors que des milliers de téléspectateurs avaient les yeux rivés sur le Grand débat des chefs, jeudi soir, une star est née. Raymonde Chagnon, l'une des citoyennes appelées à poser une question aux chefs, est devenue instantanément célèbre avec son «Pas tellement» bien senti.

À LIRE AUSSI
» Raymonde Chagnon poursuit sur sa lancée après le débat des chefs

Le commentaire, qu'elle adressait à l'animateur Patrice Roy après qu'il lui eut demandé si elle était «plus éclairée» par les réponses des chefs, a bien fait rire Muguette Paillé, elle aussi devenue célèbre après avoir posé une question lors du débat des chefs fédéraux, en 2011.

Jointe par le HuffPost Québec vendredi matin, Mme Paillé n'a pas hésité à dressé des parallèles entre Mme Chagnon et elle.

«J'ai bien aimé sa franchise à cette madame-là, admet Muguette Paillé. Ça m'a fait rire.»Muguette Paillé

«Je trouve qu'elle me ressemble!» s'exclame-t-elle, notant au passage que la caricature de Mme Chagnon réalisée par Ygreck a des airs de famille avec celle qu'il avait fait de Mme Paillé en 2011.

En ce lendemain de débat, alors que Raymonde Chagnon est sollicitée par plusieurs médias pour des entrevues, Muguette Paillé a un seul conseil pour la dame de Mirabel: «Rester elle-même, c'est ça qu'il faut qu'elle fasse. Ne pas essayer de jouer un jeu».

Mme Paillé estime toutefois que la nouvelle coqueluche de la Toile l'a peut-être eue un peu plus facile qu'elle dans les heures qui ont suivi son passage à la télévision.

«Sans vouloir... elle a bénéficié d'une moins grosse vague médiatique. Moi c'était très, très, très intense. Ça a commencé le lendemain à 6h le matin, ils ont réveillé toute ma famille au Québec pour savoir s'ils étaient parents avec Muguette Paillé. C'était fou, vraiment intense», se remémore celle qui était devenue, bien malgré elle, le sujet de conversation préféré de Michael Ignatieff lors du débat de 2011.

La politique, selon Mme Paillé

En entrevue avec le HuffPost Québec, Muguette Paillé a complètement écarté la possibilité de faire un retour en politique après son bref passage au Parti québécois, qui a avorté en mai dernier après que le blogueur Xavier Camus eut rapporté que la militante avait formulé des déclarations agressives sur des forums de discussion xénophobes.

«Je pense que ma notoriété et ma réputation en ont pris un coup. Je n'ai même pas pu me défendre», déplore-t-elle, affirmant qu'elle n'avait «pas été contactée» par les médias pour donner sa version des faits après les allégations du blogueur.

«Vous pouvez pas vous imaginer la peine que j'ai eue. J'ai pleuré pendant une semaine de temps.»Muguette Paillé

Se disant victime d'une «campagne de salissage», elle s'était plutôt contentée de publier une lettre ouverte dans les pages du Nouvellistepour dénoncer les «amalgames douteux» de Xavier Camus et la «violence inouïe» dont elle a été victime.

Aujourd'hui, elle constate qu'elle n'a pas «la couenne assez dure» pour «faire de la politique comme ça».

«Je voulais faire de la politique plus conviviale, plus proche des gens, un peu comme Véronique Hivon que j'admire beaucoup», explique-t-elle.

Elle ne cache pas d'ailleurs que son allégeance va toujours au Parti québécois, notant que Jean-François Lisée avait marqué des points lors du débat de jeudi soir.

«Je trouve que [les débats], c'est toujours un peu du pareil au même. Ils patinent beaucoup. Mais il y en avait un qui sortait du lot, c'était M. Lisée qui a su garder son calme et avoir des réflexions bien articulées», juge-t-elle.