NOUVELLES
14/09/2018 16:19 EDT | Actualisé 14/09/2018 16:19 EDT

Grève à TVA: Péladeau rappelle les «excellentes conditions» des salariés

Les 830 syndiqués de TVA à Montréal menacent d'exercer leur mandat de grève à compter du 22 septembre.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes

Le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, réplique au président de la FTQ, Daniel Boyer, et l'invite à rappeler aux négociateurs du Syndicat des employés de TVA qu'ils jouissent déjà d'«excellentes conditions de rémunération et de travail», malgré les difficultés vécues par l'ensemble de l'industrie.

Dans un message qu'il a diffusé sur Facebook vendredi, l'homme d'affaires a finalement répliqué au président de la plus grande centrale syndicale du Québec qui, la veille, dans une entrevue à La Presse canadienne, avait invité M. Péladeau à revenir à la raison pour négocier de bonne foi et éviter le déclenchement d'une grève à TVA.

Le conflit ne porte pas sur les salaires, mais sur le transfert des emplois de TVA vers d'autres filiales de TVA ou de Québecor, soutient le syndicat des employés de TVA, rattaché au Syndicat canadien de la fonction publique, affilié à la FTQ.

Les 830 syndiqués de TVA à Montréal menacent d'exercer leur mandat de grève à compter du 22 septembre, si un règlement n'intervient pas d'ici là quant au renouvellement de leur convention collective.

Sous le titre «Allô la terre!», M. Péladeau affirme que les récentes demandes des représentants syndicaux ne concernent pas les conditions de travail de leurs propres membres, mais l'élargissement de leur juridiction syndicale à d'autres entreprises de Québecor.