NOUVELLES
12/09/2018 13:37 EDT | Actualisé 12/09/2018 13:43 EDT

Des procureures du DPCP affectées à une enquête anti-motards ont été volées à leur domicile

L'un des vols s'est produit à Montréal et l'autre à Longueuil.

STR New / Reuters

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) confirme avoir été informé que des événements criminels ont visé des procureurs de son organisation.

Mercredi matin, La Presse rapporte d'abord que deux procureures attitrées aux procédures d'une importante enquête anti-motards se sont fait voler chez elles, le même jour de la semaine dernière, des documents policiers et judiciaires liés au dossier.

L'un des vols s'est produit à Montréal et l'autre à Longueuil. Les malfaiteurs n'auraient subtilisé que des documents, rien d'autre.

La Presse ajoute que le jour même des vols, un autre procureur ayant contribué à la même enquête a garé sa voiture près du Palais de justice de Joliette et que lorsqu'il y est revenu, elle était coincée entre deux véhicules, tellement qu'il n'a pu quitter les lieux.

Les autorités examinent la possibilité que cet événement puisse être lié à de l'intimidation et aux vols survenus chez les deux procureures.

L'enquête sur les vols a été transmise à la division des Crimes majeurs de la Sûreté du Québec (SQ), qui travaillera en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL).

Dans un communiqué publié après la publication de l'article, la directrice des poursuites criminelles et pénales, Annick Murphy, affirme que le DPCP ne se laissera pas intimider. Elle assure que son équipe de sécurité interne ainsi que ses partenaires des services policiers prennent toutes les mesures qui s'imposent pour assurer la sécurité des procureurs pour qu'ils puissent agir en toute indépendance, sans crainte de représailles.