POLITIQUE
10/09/2018 13:11 EDT | Actualisé 10/09/2018 13:11 EDT

Québec solidaire mettrait sur pied un réseau public de transport interurbain

L'offre de service s'est «grandement détériorée» au cours des dernières années, selon le parti.

Courtoisie Québec solidaire

Québec solidaire s'engage à mettre fin au monopole privé dans le secteur du transport interurbain en créant l'Agence du transport interurbain, dont le mandat sera de «développer un réseau public fiable et abordable partout au Québec».

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en a fait l'annonce lundi matin, à Québec, en compagnie du candidat solidaire dans Jean-Lesage et porte-parole en matière de transport Sol Zanetti.

Québec solidaire estime que l'offre de transport collectif interurbain s'est «grandement détériorée» dans les dernières années au Québec.

L'Agence de transport interurbain que créerait un gouvernement solidaire aurait pour mandat de mettre sur pied un réseau de transport public par autobus doté d'un capital de 2 milliards $.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

Ainsi, explique-t-on, l'agence rachèterait les actifs des compagnies privées et créerait à partir de leurs réseaux déjà exploités un service de transport interurbain que le parti souhaite «abordable et bien implanté partout sur le territoire».

L'Agence de transport interurbain serait également appelée à construire des gares multimodales dans les capitales régionales, qui agiraient comme point de rencontre des différents paliers de transport collectif.

«Quand j'étais plus jeune, tous les étés, je prenais l'autobus pour visiter ma famille à Thetford Mines. Aujourd'hui, l'autocar ne s'y rend plus. Parlez-en aux Gaspésiens, parlez-en aux Beaucerons, parlez-en aux gens de l'Abitibi. Partout, c'est le même constat : les villes de nos régions sont moins bien desservies qu'elles ne l'ont jamais été. Quand on connaît l'urgence de passer au transport collectif, c'est une aberration», a indiqué Gabriel Nadeau-Dubois.

«En intégrant l'autobus interurbain au giron public, on va avoir une vue d'ensemble pour développer le réseau et faciliter les déplacements. On va pouvoir agir sur les tarifs. On va pouvoir agir sur la fréquence de passage des autocars», a-t-il ajouté.