POLITIQUE
08/09/2018 14:22 EDT | Actualisé 08/09/2018 14:41 EDT

Philippe Couillard se fait apostropher sur la présence d'Uber par un chauffeur de taxi

Les bains de foule sont souvent imprévisibles en campagne électorale.

PC/Ryan Remiorz

MONTRÉAL — Les bains de foule sont imprévisibles pendant une campagne électorale et le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, a pu le constater, samedi, lorsqu'un chauffeur de taxi l'a interpellé pour lui livrer le fond de sa pensée sur la présence d'Uber dans la province.

Venu épauler sa candidate Marie Montpetit dans la circonscription montréalaise de Maurice-Richard, l'arrêt d'environ une heure et demie effectué sur la Promenade Fleury se déroulait sans encombre, alors qu'il a serré de nombreuses mains en plus de se laisser photographier à plusieurs reprises avec des passants.

Toutefois, tout juste avant de remonter dans son autobus, qui était garé dans le stationnement d'une épicerie, un chauffeur de taxi, Castor Frank, a décidé d'exprimer ses doléances au chef libéral à propos de la baisse de la valeur des permis provoquée par la controversée multinationale.

Ce n'est pas de bonnes nouvelles parce que nos permis de taxi, tout est tombé à l'eau, dans le trou, à cause de votre loi (le projet-pilote qui se poursuit)Castor Frank, chauffeur de taxi

Le chef libéral, qui s'est arrêté pour discuter avec le chauffeur, a pris le temps de lui rappeler que son gouvernement avait détaillé, il y a moins d'un mois, les montants de l'indemnisation qui sera remise aux propriétaires de permis de taxi, dont la valeur a diminué, notamment en raison de l'arrivée d'Uber dans la province.

Ces chèques devraient notamment varier de 1000 $ à 46 700 $ par permis, mais cela n'était visiblement pas suffisant pour contenter M. Frank.

«Mais Uber, ils peuvent travailler dans n'importe quelle voiture, a-t-il lancé. Moi, je dois avoir une bonne voiture. (Uber) vole nos jobs.»

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

M. Couillard a tenté de calmer le jeu, en expliquant que «partout dans le monde, cela arrive», ajoutant que le Québec était l'un des endroits où il y avait le plus d'exigences afin d'encadrer les activités de la multinationale.

Il y a 7600 permis de taxi au Québec, selon les données gouvernementales, et plus de 4500 permis recevront l'indemnisation maximale de 46 700 $.

Avant cet échange avec M. Frank, le chef libéral avait brièvement serré la main et échangé avec un homme venu lui souhaiter «bonne chance», et ce, même s'il ne pensait pas voter pour le PLQ le 1er octobre.

Au moment de remonter dans l'autobus, un autre individu a également lancé au chef libéral qu'il ne «gagnera pas».