POLITIQUE
08/09/2018 12:37 EDT | Actualisé 08/09/2018 16:03 EDT

Interdire les signes religieux en garderie familiale? Une «coquille», selon Lisée

Il l'a repéré, puis affirmé qu'il s'agissait d'une erreur que l'on pouvait biffer.

PC/Mario Beauregard

L'extrait d'un document du Parti québécois (PQ) où il était écrit qu'un comité étudierait l'idée d'étendre l'interdiction du port de signes religieux aux services de garde en milieu familial n'était qu'une "coquille", a plaidé Jean-François Lisée.

Le chef péquiste a semblé étonné lorsqu'il a été questionné sur la note de bas de page où ce projet est évoqué. Avec l'aide de la journaliste qui l'interrogeait, il l'a repéré, puis affirmé qu'il s'agissait d'une erreur.

"Bon, ça, ça a résisté à la relecture, alors vous pouvez le biffer dans chacun de vos documents. Ce n'est pas notre position. Nous nous en excusons", a-t-il soutenu en conférence de presse à Montréal, samedi matin.

"Je ne me l'explique pas (que cet élément se soit retrouvé dans le document)", a-t-il offert.

"L'univers des garderies est très diversifié. Un comité se penchera sur l'applicabilité (de l'interdiction) dans les diverses formes que prennent les services de garde, notamment le milieu familial", est-il écrit dans le plan qui avait été distribué aux médias.

Un peu plus tard, un journaliste du quotidien The Gazette est revenu à la charge en demandant à Jean-François Lisée de fournir davantage d'explications.

"Retournez au programme que nous avons adopté, ce n'est pas là. Retournez à la plateforme que nous avons adoptée, ce n'est pas là", a réagi le dirigeant péquiste.

"C'est une coquille. Vous pouvez décider de publier cela à la une de The Gazette si vous le souhaitez, mais c'est une coquille", a ajouté M. Lisée.

Cette proposition était contenue dans une section intitulée "Enfin, clarifier les règles sur les signes religieux".

Aux dernières nouvelles, le PQ propose l'interdiction du port de signes religieux seulement pour les éducatrices des centres de la petite enfance (CPE).

L'ancien conseiller péquiste Stéphane Gobeil, qui est passé dans le camp caquiste en janvier 2016, s'est régalé en apprenant ce qui s'était passé.

"Soyons indulgent(s) envers l'équipe (des communications) du PQ

à propos de "l'erreur" sur les signes religieux. Leur chef ?JFLisee est dur à suivre. Sur cette question, il a changé de position tellement souvent qu'il pourrait être dans le Record Guinness", a-t-il raillé sur Twitter, samedi.

Ironiquement, la veille, la question du port de signes religieux avait donné lieu à une situation assez cocasse _ là aussi, en pleine conférence de presse.

La candidate dans la circonscription de Laporte, Annie Lessard, a en effet dû suivre un cours en accéléré, devant les caméras, après avoir candidement reconnu qu'elle ne connaissait pas la position de son parti en cette matière.

Le chef Lisée est venu à sa rescousse en lui offrant le "briefing" qu'elle n'avait pas encore obtenu, ayant remplacé au pied levé une autre candidate qui s'est désistée en pleine campagne électorale.

l'issue de cette formation éclair de quelques secondes, Mme Lessard a demandé des précisions.

"Mais mettons... la petite croix ou la grosse? C'est parce que c'est relatif ça, encore. Si j'ai un petit (tatouage) moi, caché..."

"Apparent", a spécifié le dirigeant du PQ.

La candidate a repris son souffle, et un moment pour y réfléchir.

"J'appuie le parti. Je suis à l'aise avec la position du parti", a-t-elle finalement lâché.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!