POLITIQUE
07/09/2018 11:31 EDT | Actualisé 07/09/2018 11:31 EDT

Québec solidaire propose une plateforme numérique gratuite pour la jeunesse

100% gratuite et publique, évidemment.

Catherine Dorion et Gabriel Nadeau-Dubois en ont fait l'annonce devant des élèves du Conservatoire d'art dramatique de Québec.
Catherine Levesque
Catherine Dorion et Gabriel Nadeau-Dubois en ont fait l'annonce devant des élèves du Conservatoire d'art dramatique de Québec.

QUÉBEC – Québec solidaire (QS) veut donner le mandat à Télé-Québec de développer une plateforme numérique «100% québécoise et destinée à la jeunesse» afin de permettre aux tout-petits de consommer des émissions de qualité.

La candidate solidaire dans Taschereau, Catherine Dorion, en a fait l'annonce en compagnie du coporte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois, devant le Conservatoire d'art dramatique de Québec vendredi matin.

«Pourquoi une plateforme numérique? Parce que de plus en plus d'enfants écoutent des émissions sur des plateformes numériques américaines, comme YouTube ou Netflix. Mais en plus de rarement être en français, ces émissions-là bombardent les enfants de publicités qui ont un effet nuisible prouvé sur leur santé mentale», a affirmé Mme Dorion.

On croit que les jeunes du Québec, qu'ils grandissent à Rouyn-Noranda, à Québec ou à Montréal-Nord, doivent avoir un accès égal à la culture.Gabriel Nadeau-Dubois

«Avec la nouvelle plateforme numérique jeunesse de Télé-Québec, les parents vont pouvoir offrir à leurs enfants une alternative de qualité à ces plateformes américaines-là, une alternative en français et qui met de l'avant la culture québécoise, qui est unique au monde», ajoute la comédienne.

Les émissions seraient produites et réalisées «en grande partie» à Québec, ce qui créerait «des centaines d'emplois» dans tous les domaines de la création artistique, que ce soit des comédiens, des scénaristes, des musiciens, des réalisateurs, ou encore des techniciens de son.

Des sorties scolaires obligatoires

Il s'agit de l'une des mesures proposées dans le cadre de la Politique culturelle jeunesse de Québec solidaire, au coût de 47 millions $ - dont 37 millions $ d'argent neuf.

Les 10 millions $ restants ont déjà été annoncés lors de la précédente Politique culturelle libérale et seraient alloués à la création et la production d'émissions pour la plateforme numérique.

«On croit que les jeunes du Québec, qu'ils grandissent à Rouyn-Noranda, à Québec ou à Montréal-Nord, doivent avoir un accès égal à la culture du Québec», a déclaré M. Nadeau-Dubois.

Son parti compte aussi instaurer quatre sorties scolaires culturelles obligatoires pour tous les élèves du primaire et du secondaire. De l'argent serait alloué pour les financer et éviter que ce soit les parents qui récoltent la facture.

«Il faut que le fait d'être en contact avec la culture québécoise, ça fasse partie intégrante du parcours scolaire. Il ne faut pas que ce soit un extra ou une activité parascolaire, a déclaré M. Nadeau-Dubois. Il faut que dans le parcours scolaire (...), le contact avec la culture soit un passage obligé. Ça, c'est une manière de donner la piqûre de la culture aux jeunes partout au Québec.»

LIRE AUSSI: Taschereau, village gaulois dans la région de Québec

QS en avance dans Taschereau

Mme Dorion était tout sourire vendredi matin, alors que les plus récentes projections du site QC125 la placent légèrement en avance sur son adversaire caquiste.

Même s'il reste environ quatre semaines à la campagne, elle dit croire à ses chances. «J'y crois! C'est quelque chose qui se sent sur le terrain. Je sais que tous les politiciens disent ça, mais je ne l'aurais pas dit si ce n'était pas le cas», a lancé la candidate.

«Ça fait des mois qu'on dit que Catherine Dorion va être la prochaine députée de Taschereau. Au début, les gens souriaient quand on disait ça. Aujourd'hui, les gens nous prennent au sérieux», a commenté M. Nadeau-Dubois à ses côtés.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!