POLITIQUE
07/09/2018 15:11 EDT | Actualisé 07/09/2018 15:27 EDT

La Coalition avenir Québec n'exclut pas la ligne rose, mais sous une autre forme que le métro

Il s'agit d'un changement de cap pour le parti qui avait rejeté catégoriquement le projet de Valérie Plante.

La Presse canadienne/Ryan Remiorz
Valérie Plante et François Legault.

MONTRÉAL — François Legault a entrouvert la porte, vendredi, au projet de ligne rose à Montréal, au terme d'un tête-à-tête avec la mairesse Valérie Plante.

Celle-ci a aussi semblé jeter du lest sur son projet de construire une nouvelle ligne de métro, évalué à 5,9 milliards $, en disant qu'il pourrait prendre une nouvelle forme.

Il s'agit d'un changement de cap pour le chef caquiste, qui a toujours rejeté ferme le projet phare de la mairesse Plante.

Vendredi, les deux politiciens se sont rencontrés pour une première fois, à Pointe-aux-Trembles. Ils se sont présentés devant les journalistes en semblant avoir négocié une voie de passage.

"Ce que j'ai convenu effectivement concernant la ligne rose, c'est que l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est en train de faire des études. (...) Si le 514 et le 450 sont capables de s'entendre, bin tout est parfait, c'est ça qu'on vise", a déclaré M. Legault, au Jour 16 de la campagne électorale.

À voir également:

Le directeur des communications de M. Legault, Guillaume Simard-Leduc, a plus tard précisé qu'il n'est pas question qu'un gouvernement de la Coalition avenir Québec appuie le projet de ligne rose dans sa forme actuelle, parce que "c'est clairement trop cher".

Par contre, "il y a des études qui sont en cours, on ne les annulera pas, on ne les suspendra pas, on va voir ce qu'elles donnent, on va regarder si ces études-là évoquent d'autres formats que le métro, par exemple, du transport en surface", a-t-il dit.

"On va regarder si les maires du 450 et du 514 trouvent que c'est porteur. Nous, on n'exclut pas pour d'autres formes", a-t-il ajouté.

Le 26 mai dernier, en congrès national à Lévis, le chef François Legault avait rejeté catégoriquement le projet de Valérie Plante.

La ligne rose - qui "est pas mal proche de deux lignes qui existent déjà", avait dit le chef caquiste - n'entrerait pas dans le cadre financier du parti.

La Presse canadienne/Graham Hughes
Est-ce la naissance d'une grande amitié entre Valérie Plante et François Legault avec ce changement de cap?

"Il a fallu faire des choix, avait déclaré M. Legault. On n'a pas retenu la ligne rose."

Vendredi, la mairesse Plante s'est montrée satisfaite de sa rencontre avec le chef de la CAQ. Elle a affirmé être ouverte à considérer une autre technologie si l'étude sur le projet en vient à cette conclusion.

"On a un côté très pragmatique, tous les deux, a-t-elle dit. Quand il est question entre autres du transport, c'est de se dire qu'il y a une étude en cours. On va prendre le temps de voir les résultats."

Les libéraux et les péquistes ont déjà annoncé qu'ils feraient du projet de ligne rose une priorité.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Galerie photo La campagne électorale en images Voyez les images