NOUVELLES
02/09/2018 10:36 EDT | Actualisé 02/09/2018 10:36 EDT

Le «Toronto Star» contredit Trump sur l'origine de la fuite de ses propos sur le Canada

Le journal avait révélé des propos caustique du président sur le pays.

BRENDAN SMIALOWSKI/AFP/Getty Images

Le reporter du Toronto Star ayant révélé des propos virulents de Donald Trump sur le Canada, prononcés lors d'une interview à l'agence Bloomberg et censés demeurer secrets, a affirmé samedi que sa source n'était pas les journalistes de Bloomberg, contrairement à ce qu'a déclaré le président américain.

Daniel Dale, chef du bureau de Washington du quotidien canadien, a donné cette précision après que le président Trump eut critiqué publiquement vendredi les journalistes de Bloomberg pour avoir, selon lui, violé leur promesse de ne pas rapporter certains de ses propos, censés demeurer secrets, ou "off the record" dans le jargon journalistique, indique le Toronto Star.

"J'avais promis de ne rien dire sur ma source (...) mais je ne veux pas contribuer au salissage par le président d'excellents journalistes respectueux de l'éthique", a écrit Daniel Dale dans un tweet.

En conséquence, "je peux dire ceci: aucun des intervieweurs de Bloomberg n'a été ma source", a-t-il ajouté.

"J'ai décidé que je pouvais protéger ma source comme promis, tout en faisant savoir que les affirmations du président sur les journalistes de Bloomberg sont incorrectes", a expliqué M. Dale dans une déclaration au Star.

Le journal a souligné de son côté que la protection des sources était essentielle pour lui.

Lors de cette interview, le président Trump avait confié en off à ses interlocuteurs que Washington ne ferait aucun compromis avec le Canada dans ses négociations sur la modernisation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Il avait ajouté qu'un accord se ferait uniquement aux conditions de Washington, ce qui avait contribué à la suspension des négociations vendredi.

Le président avait confirmé dans un tweet la teneur de ses propos, après qu'ils avaient été rendus publics par le Toronto Star.

Il s'était indigné que sa déclaration ait fait l'objet d'une fuite, tout en ajoutant que du coup le Canada savait désormais "à quoi s'en tenir".

Dans un autre tweet le président américain avait parlé de "journalisme malhonnête", ajoutant: "je ne peux toujours pas croire que Bloomberg ait violé une déclaration clairement OFF THE RECORD: y aura-t-il des excuses?"

À voir aussi: