POLITIQUE
02/09/2018 10:51 EDT | Actualisé 02/09/2018 10:51 EDT

Ingérence politique: le PLQ attaque la CAQ sur les propos de Ian Lafrenière

L'ancien porte-parole du SPVM a un discours contradictoire, selon les libéraux.

Olivier Robichaud

Le Parti libéral du Québec n'a pas tardé à réagir aux propos du candidat caquiste Ian Lafrenière, qui dit avoir constaté de l'ingérence politique au cours de sa carrière de policier.

En entrevue au réseau TVA, samedi, l'ancien haut gradé et porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal a confié que ce qu'il avait le plus détesté de son travail était «l'ingérence politique».

En point de presse à Montréal, dimanche matin, le candidat libéral Marc Tanguay s'est demandé pourquoi M. Lafrenière n'a pas dénoncé cette situation au moment où il en aurait pris connaissance. Il lui a reproché de «miner la confiance du public en nos institutions» en venant de l'avant maintenant.

L'ex-président du PLQ a également soulevé le caractère selon lui contradictoire du discours de Ian Lafrenière, qui s'engage également à réévaluer la nomination des dirigeants du SPVM, de la Sûreté du Québec et de l'Unité permanente anticorruption si son parti accède au pouvoir.

M. Tanguay a invité le chef caquiste, François Legault, à rapidement réaffirmer sa confiance dans les corps policiers et leurs dirigeants, dont le grand patron de l'UPAC, Robert Lafrenière.

Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a pour sa part demandé à Ian Lafrenière d'appuyer ses «très graves» allégations de preuves.

«Moi, je veux savoir si c'est vrai qu'au cours des 15 dernières années libérales, il y a eu de l'ingérence politique. Pis je suis prêt à le croire, mais démontrez-le», a-t-il lancé.

M. Lisée a ajouté que Ian Lafrenière ne lui «paraît pas crédible» puisqu'il n'aurait pas entamé de démarches auprès des autorités concernées.