POLITIQUE
01/09/2018 13:26 EDT | Actualisé 01/09/2018 13:26 EDT

La bagarre verbale entre la CAQ et le PLQ franchit un nouveau seuil

La nouvelle salve a été lancée par une députée sortante caquiste.

FOTOimage/Patrick Lauzon

La bagarre verbale entre la Coalition avenir Québec et le Parti libéral du Québec a franchi un nouveau seuil au 10e jour de la campagne électorale, samedi.

La nouvelle salve a été lancée par une députée sortante caquiste, Geneviève Guilbault, qui n'a demandé rien de moins à l'Autorité des marchés publics d'enquêter sur l'affaire des fractionnements de contrat au CHU de Québec alors dirigée par la candidate libérale dans la circonscription de Jean-Lesage Gertrude Bourdon.

Du même souffle, Mme Guilbault a reproché au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'avoir alors défendu Mme Bourdon.

Cette demande se veut une riposte à l'offensive libérale visant à discréditer un autre député sortant de la CAQ, Éric Caire. Jeudi, M. Barrette avait même suggéré que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) fasse la lumière sur le prêt de 55 000 $ fait à M. Caire par le maire d'une municipalité de sa circonscription.

Le chef libéral Philippe Couillard a même dû se défendre vendredi contre l'idée voulant qu'il ait demandé à certains de ses candidats d'aller critiquer les autres partis ou ses adversaires sur la place publique à sa place.

«Nous assistons à un nouveau chapitre du mauvais roman libéral de Philippe Couillard: les manigances de l'administration Barrette/Bourdon. Quand on pense qu'ils sont respectivement pressentis pour être président du Conseil du trésor et ministre de la Santé, on peut se questionner sur la gestion incestueuse des fonds publics qui en découlerait», a déclaré Mme Guilbault.

L'ironie de cette histoire est que Mme Bourdon a été pressentie par la Coalition avenir Québec pour porter les couleurs de la formation.

Transport aérien régional

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s'est engagé à créer un Bureau de la protection des consommateurs du Québec pour s'assurer qu'une entreprise ne puisse régner en maître sur un marché. L'idée est de faire échec aux monopoles qui font gonfler les prix, souligne la formation politique.

Selon lui, un tel organisme permettrait de ramener Air Canada à l'ordre et aiderait ceux qui vivent en région et qui paient fort cher leurs billets d'avion.

Le PQ a réitéré son idée d'instaurer des prix plancher pour les billets d'avion en région, et sur le territoire du Québec — applicables à tous les transporteurs — pour empêcher Air Canada de tuer les nouveaux joueurs aériens qui veulent percer un marché régional en baissant leurs prix temporairement, puis en les remontant une fois le concurrent éliminé.

Le transport à Québec

Tout comme les péquistes, les libéraux ont parlé de transport, samedi. De passage dans la capitale nationale, le chef libéral Philippe Couillard a présenté un projet de plan de transport pour la ville de Québec.

Les libéraux proposent eux aussi d'établir un troisième lien autoroutier entre les villes de Québec et de Lévis. Ils promettent aussi de compléter les études préliminaires pour le prolongement de l'autoroute 40 et de soutenir le Réseau de transport en commun de la ville de Québec et le projet de transport collectif de la ville de Lévis, de leur conception jusqu'à leur mise en service.

M. Couillard s'est aussi engagé à créer une antenne du Réseau de transport en commun de Québec vers le nord de la ville.

À bas le privé

De son côté, la caravane de Québec solidaire s'est arrêtée à Val-d'Or où les porte-parole Manon Massé et Gabriel-Nadeau se sont engagés à mettre un terme au financement public des écoles privées das un délai de quatre ans.

La formation de gauche a souligné que si tous les contribuables financent ces subventions, certains d'entre eux n'ont même pas accès à un tel établissement dans leur région.

Gabriel Nadeau-Dubois, estime pouvoir ainsi réaliser des économies de 100 millions $.

Selon les calculs de Québec solidaire, près de la moitié des élèves qui fréquentent actuellement le réseau privé migreraient vers le public.

Une pause remarquée

THE CANADIAN PRESS

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, qui vient de traverser une semaine difficile, marquée par le retrait de l'ancien président du parti, Stéphane Le Bouyonnec, son absence à une conférence de presse multipartite appuyant le système de gestion de l'offre et la controverse entourant Eric Caire, s'est accordé une pause.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!