DIVERTISSEMENT
31/08/2018 12:12 EDT | Actualisé 31/08/2018 12:27 EDT

Marc Labrèche retourne dans le temps et Pénélope McQuade chasse les trolls à Télé-Québec

Ode à la culture sous toutes ses formes pour la prochaine saison.

Paméla Lajeunesse
Marc Labrèche animera «Cette année-là» et on retrouvera Pénélope McQuade dans le documentaire «Troller les trolls».

La culture sous toutes ses formes, le partage d'idées, l'apprentissage dans l'humour et le plaisir, le dialogue, le partage, la discussion, les prises de conscience et les retours dans le temps : voilà de quoi sera composée la prochaine saison de Télé-Québec.

Ajoutons à cela de belles têtes d'affiche comme Marc Labrèche et Pénélope McQuade, les retours de Danielle Proulx et de la mythique émission Passe-Partout et une série remplie de musique mettant en vedette Ève Landry et Florence Longpré : le 50e anniversaire de Télé-Québec s'annonce festif à souhait.

Marc Labrèche et ses amis retournent dans le temps

Si Télé-Québec s'est donné le mandat avoué de présenter de nouveaux visages, de dénicher de nouveaux talents, de prendre des risques et d'offrir une télévision diversifiée, on peut dire que cela a été fait en grand avec Cette année-là, qui risque de devenir le nouveau rendez-vous télévisuel du samedi soir. Gravitant autour du grand comique Marc Labrèche, des collaborateurs de feu qu'on a peut-être moins vu à la télévision : Simon Boulerice, Émilie Perreault et Fred Savard.

« Cette équipe est composée de gens différents, mais à l'écoute les uns des autres, qui sont là pour les bonnes raisons, explique Marc Labrèche. Des gens qui sont complices et bons publics les uns des autres. Cela a été une bonne surprise. Je ne présume pas de l'accueil, du succès ou de l'insuccès que Cette année-là va avoir, mais il y a peu de projets où je me suis senti aussi bien dès le départ. Cette fois-ci, les choses se sont placées rapidement et de façon plutôt spectaculaire entre nous et avec le public qui semble aussi ressentir tout cela. »

On se demande si cette œuvre serait encore pertinente aujourd'hui ou si ce sujet sensible du temps l'est encore autant de nos jours.Marc Labrèche

« On part d'une année passée et on fait un pont avec aujourd'hui, ajoute-t-il afin d'expliquer le concept de l'émission. Ce qui s'est passé culturellement cette année-là, qui a été fort ou qui nous a marqué, on remet cela dans le contexte et on se demande si cette œuvre serait encore pertinente aujourd'hui ou si ce sujet sensible du temps l'est encore autant de nos jours. C'est un prétexte pour parler de la culture générale d'ici et d'ailleurs et pour donner le plus possible aux gens l'envie de consommer de la culture; pas uniquement à ceux qui sont déjà convertis, mais aussi d'aller parler peut-être à ceux qui n'en consomment pas tant que cela et qu'on espère intéresser pendant l'émission. »

Ses acolytes, Marc Labrèche les décrit avec affection. « Simon est passionné et curieux, Émilie est sensible, très pertinente et très intelligente - ce dernier s'applique d'ailleurs aux trois - et Fred est aussi très sensible et possède une intelligence pointue et aiguisée. » (dès le 15 septembre, 20h)

Galerie photo Lancement de la programmation 2018-2019 de Télé-Québec Voyez les images

Pénélope McQuade part à la chasse aux trolls

Un documentaire comme une « claque dans la face nécessaire » : voilà ce qu'est Troller les trolls, fascinant documentaire d'Hugo Latulippe avec Pénélope McQuade qui est en quelque sorte devenue le porte-étendard de la cause de la cyberviolence et du féminisme au Québec.

« On est parti de cette quête très personnelle [l'animatrice avait reçu, sur les réseaux sociaux, diverses menaces dont une très violence prédisant son éventuel viol, NDLR] pour essayer de comprendre ce qui motive quelqu'un derrière son clavier ou son téléphone à envoyer un message, que ce soit une menace ou encore simplement un message dérangeant, explique-t-elle. On est parti de mon désir de compréhension pour l'élargir beaucoup plus grand que mon cas personnel. On s'est posé la question : quels sont les débats sociaux qui enflamment le plus et où on retrouve le plus de radicalisation ? Ce sont la misogynie, les membres de la diversité (particulièrement les musulmans, les Arabes, les nouveaux arrivants) et la gauche droite en politique. On voulait aussi, à travers tout cela, expliquer le principe du trollisme. »

Ça fait du bien de nommer le bobo. On n'aimera pas ce qu'on voit de nous, mais c'est la meilleure façon d'avancer.Pénélope McQuade

« On avait aussi envie de réfléchir socialement, philosophiquement et juridiquement, ajoute-t-elle. Il y a des gens qui sont à la limite du troller et du trollé, je pense à Richard Martineau, Sophie Durocher, Judith Lussier ou encore Patrick Lagacé que l'on retrouve dans le documentaire. Quand on est un journaliste d'opinion et qu'on se fait beaucoup troller pour ses opinions, il se peut qu'on ait envie de se défendre. »

« Ça fait du bien de nommer le bobo. On n'aimera pas ce qu'on voit de nous, mais c'est la meilleure façon d'avancer : avoir une claque dans la face et ce documentaire en est une », ajoute celle qui retient de cet exercice une réelle envie des gens de discuter et de se questionner au sujet de cet enjeu de société qui semble avoir créé un véritable ras-le-bol collectif. (3 octobre 20h)

La bande-annonce de Troller les trolls:

Des émissions engagées et des documentaire percutants

L'heure est grave (lundi et mardi 22h et vendredi 19h) allie humour, art, culture et actualité. « On reçoit des artistes de tous acabits qui viennent livrer une performance pour nous autour d'un thème lié à un enjeu de l'actualité, par exemple, l'immigration, expliquent les deux animateurs Virginie Fortin et Guillaume Girard qui ont déjà reçu Philippe Brach. On peut inviter des humoristes, des gens de théâtre ou des musiciens à venir performer un slam, un stand-up, une chanson ou un sketch afin de réfléchir à des questions sociales préoccupantes. »

« Le monde est en réflexion et en action en ce moment par rapport à des enjeux importants et on y réfléchit avec des artistes. La réflexion passe à travers une performance. Virginie et moi sommes un peu les chefs d'orchestre de tout cela. On amène à la télé des artistes qui sont issus du milieu plus alternatif; pour moi il y a déjà dans cela un message disant que la culture alternative est pour tout le monde. »

Comédie dramatique quasi exclusivement féminine écrite par Florence Longpré (qui y planche depuis presque 3 ans), M'entends-tu? Situe son action musicale dans le milieu de la pauvreté. « C'est d'abord une histoire d'amitié, explique l'auteure qui tient aussi l'un des rôles principaux. On suit trois jeunes femmes issues d'un milieu très pauvre. Trois femmes qui, pour se sortir d'un trouble émotif, vont utiliser la chanson pour s'exprimer. C'est un peu l'art qui s'insinue dans des vies, ce que cela peut avoir comme impact. On les suit à travers cela, elles chantent un peu partout, mais on n'est pas dans la comédie musicale, on utilise plutôt la chanson pour dire. » Avec Ève Landry, Mélissa Bédard (qui en est à sa première expérience en tant qu'actrice) et Florence Longpré.

À l'hiver 2019:

Avec Kebec – une série documentaire sur l'histoire du Québec - Télé-Québec dit avoir pris un beau risque calculé en présentant l'histoire comme on aurait tous aimé qu'elle nous soit racontée. Le concept : partir d'une œuvre artistique marquante pour entrer dans l'histoire du Québec. (Hiver 2019)

La série documentaire 180 jours (jeudi 20h) nous plongera pendant une année dans le quotidien pas toujours facile des élèves de l'école secondaire Gérard-Fillion, la première polyvalente au Québec.

On parle de sexe, La bombe (où les propos d'un ancien néonazi sont utilisés comme levier pour contribuer à la prévention de la radicalisation violente), Apprenti autiste avec Louis T (27 février 2019), Mononcle où Fabien Dupuis tentera d'assumer son étiquette de « mononcle » (9 janvier 2019), I speak français (20 mars 2019) sont d'autres documentaires attendus. Tout comme la fameuse soirée Mammouth du 14 décembre prochain (20h) et le grand retour de Passe-Partout (hiver 2019).

Pour célébrer le 50e anniversaire de Télé-Québec, le grand concert La symphonie de Télé-Québec avec l'Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin sera proposé. Seront revisitées quelques-unes des chansons et des musiques ayant marqué l'univers de Télé-Québec depuis 1968. (30 décembre, 20h).

Pour en savoir plus sur la nouvelle programmation de Télé-Québec, on visite : http://www.telequebec.tv