Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Émilie Bibeau jouera ses «Chroniques d’un coeur vintage» au théâtre

Les amateurs de théâtre auront l’occasion de la voir jouer ses propres mots pour la première fois sur scène.

Après avoir séduit les auditeurs de l'émission de radio Plus on est de fous, plus on lit! avec ses chroniques sentimentales enveloppées d'autodérision, la comédienne Émilie Bibeau présentera une version augmentée de son univers à La Licorne. Les amateurs de théâtre auront alors l'occasion de la voir jouer ses propres mots pour la première fois sur scène.

Tu as joué tout le mois d'août dans Edmond au TNM et tu vas enchaîner avec ta pièce quelques jours plus tard. Est-ce essoufflant?

Je vis une grosse rentrée! En même temps, c'est vraiment stimulant. J'ai parfois un léger vertige, une petite terreur joyeuse, mais je suis aussi très enthousiaste. Jouer un spectacle que j'ai écrit et être en solo sur scène, ce sont deux premières pour moi. Alors, tout ce que je vis présentement, c'est très précieux.

Quand l'écriture est-elle entrée dans ta vie?

C'est quelque chose que j'avais envie de faire depuis longtemps, mais je ne me sentais pas assez mature pour prendre la plume. C'est exigeant, écrire. J'ai attendu que ça vienne de soi, plutôt que de le forcer. Il y a quelques années, j'ai vécu certaines choses qui m'étaient rentrées dedans émotivement et j'ai voulu m'en inspirer pour faire quelque chose de constructif. Puisque je travaillais à l'émission Plus on est de fous, plus on lit! depuis longtemps, j'ai proposé à l'équipe d'écrire des chroniques d'autofiction. C'était une forme qui m'apparaissait plus accessible qu'un roman ou un film.

Quels sentiments t'habitaient en écrivant?

Ça me faisait du bien! Quand on est interprète, on se met au service des mots des autres, ce que j'adore. C'est mon métier. Mais j'ai aimé avoir un petit cocon sur lequel j'avais du contrôle, un espace très personnel, en marge de tout le reste. Puis, quand est venu le temps de lire mes textes à la radio, j'avais les mains qui tremblaient. Étant donné que c'est de l'autofiction, avec une part inventée qui n'est pas très grande, il y avait quelque chose d'impudique. Ça m'a demandé beaucoup de courage.

C'est quoi un cœur vintage?

Un cœur hypersensible qui a l'impression de ne pas appartenir à la bonne époque. Je ne condamne pas l'époque actuelle en prétendant que c'était mieux avant. Les choses sont vraiment plus complexes que ça. Mais je pense quand même qu'à notre époque, les médias sociaux ont amené une rapidité et du jetage rapide, en faisant disparaître une certaine pudeur. On vit dans une période qui manque beaucoup de délicatesse. Et moi, je ne me sens pas toujours à l'aise là-dedans. La pièce parle beaucoup d'amours déçues, de solitude et d'amitiés. Dans la vie, j'ai beaucoup d'amis, j'en prends soin, je les vois beaucoup. Ils m'apaisent. Tout comme la lecture peut me faire du bien.

Comment insères-tu certains extraits d'auteurs qui t'ont marquée?

Je ne fais pas la lecture de chapitres ni de plusieurs pages. Je cite seulement quelques phrases qui se sont imprimées en moi. Comme celles d'Hélène Dorion, de Véronique Grenier dans Hiroshimoi ou de Gustave Flaubert dans Madame Bovary. J'évoque à quel point les mots des autres, autant ceux de mon entourage que la littérature, peuvent être une source de réconfort.

Quel est le ton de ta pièce?

C'est très lumineux. Je trouve ça important d'être ouverte, généreuse et de rire de moi-même. Je me joue un peu moi-même, en faisant quelque chose comme un stand-up littéraire. J'invite les gens dans un voyage de 70 minutes dans mon monde. Ce n'est pas une histoire avec un début, un milieu et une fin, mais cinq de mes chroniques auxquelles j'ai ajouté une introduction, une conclusion et plusieurs liens.

Cette année, en plus de ton retour dans l'ultime saison d'Unité 9, à propos de laquelle on ne peut absolument rien dire, tu apparaîtras aussi dans Ruptures.

Oui, je vais jouer une maman dont l'enfant veut changer de sexe. Je trouvais ça très intéressant. Avant le tournage, je suis allée lire sur le sujet. Les parents ont vraiment plusieurs types de réactions. Certains ont du mal non pas avec la volonté de transition comme telle, mais avec l'idée que leur enfant traverse toutes les étapes de la transformation et affronte beaucoup de préjugés. Je ne peux pas en dire plus sur l'intrigue...

Quels sont les autres projets qui t'attendent?

Je serai porte-parole des Journées de la culture en septembre, avec Laurent Paquin. Je pars en tournée avec le spectacle en hommage à Pauline Julien, La renarde, qui avait été présentée lors des FrancoFolies, avec presque tous les artistes originaux. Je poursuis ma participation au cabaret du vendredi à Plus on est de fous, plus on lit!, et en 2019, je vais jouer avec Benoit Gouin dans L'éducation de Rita, dans une mise en scène de Marie-Thérèse Fortin, au Rideau Vert.

La pièce « Chroniques d'un coeur vintage » sera jouée à La Licorne du 4 au 22 septembre 2018. Cliquez ici pour plus de détails : https://theatrelalicorne.com/lic_pieces/chroniques-dun-coeur-vintage/

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.