NOUVELLES
30/08/2018 10:11 EDT | Actualisé 30/08/2018 10:29 EDT

L'extrême droite allemande dans la rue contre la présidente Angela Merkel

Pour pourfendre la politique migratoire du gouvernement.

L'extrême droite allemande compte une nouvelle fois se faire entendre dans la rue jeudi soir à Chemnitz, épicentre de la protestation anti-étrangers, pour pourfendre la politique migratoire d'Angela Merkel.

Signe de ce climat tendu principalement dans l'ex-RDA, un jeune Syrien de 20 ans a été tabassé et couvert d'insultes xénophobes mercredi soir par trois personnes à Wismar, près de la mer Baltique. Ses agresseurs sont recherchés par la police.

Après de premières manifestations dimanche puis lundi, l'extrême droite compte cette fois défiler à partir de 16h00 GMT en marge d'une rencontre prévue entre les autorités locales et des habitants de Chemnitz, où les violences ont démarré dans l'ex-RDA.

L'élément déclencheur des incidents est survenu au cours du week-end, lorsqu'un Allemand de 35 ans a été tué à coups de couteau en marge d'une fête locale. La police a arrêté deux suspects, un Syrien et un Irakien de 23 et 22 ans accusés d'avoir agi après une "altercation verbale".

Quelque 800 personnes avaient dans la foulée défilé dimanche dans les rues de cette ville située dans une région où l'extrême droite et les néo-nazis sont fortement implantés, avec des "chasses collectives" aux étrangers dans la rue.

Le lendemain, des violences dans la même ville avaient fait une vingtaine de blessés lors d'échauffourées entre 6000 sympathisants d'extrême droite et des centaines de contre-manifestants d'extrême gauche.

Défaillances policières

Les forces de l'ordre, critiquées pour avoir sous-estimé l'ampleur des mobilisations, bénéficieront de renforts de toute l'Allemagne.

Elles sont sous pression après plusieurs défaillances: la police locale s'est vu accusée d'avoir fait fuiter des documents confidentiels sur les auteurs présumés de l'attaque auprès de l'extrême droite, diffusés ensuite sur les réseaux sociaux. Une enquête a été ouverte par le parquet.

Et jeudi, un collaborateur de la police judiciaire locale a été démis de ses fonctions pour avoir empêché mi-août une équipe de télévision de filmer une manifestation hostile à Mme Merkel, à laquelle il participait "à titre privé".

L'homicide du week-end dernier constitue du pain béni pour l'extrême droite: le principal suspect est un demandeur d'asile arrivé en 2015 en Allemagne en provenance du Kurdistan irakien qui avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour violences et détention de drogues.

Censé être expulsé, il avait fait appel de cette décision et obtenu gain de cause en 2016, affirme le quotidien Bild. Samedi, l'extrême droite de Chemnitz prévoit une "marche funèbre" en l'honneur de la victime des coups de couteau.

Discours anti-migrants

Depuis des mois, le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui a fait une entrée remarquée l'automne dernier à la chambre des députés nationaux, reproche à Mme Merkel d'être responsable de la hausse de la criminalité dans le pays après l'entrée de plus d'un million de demandeurs d'asile en Allemagne en 2015 et 2016, des données infirmées par les statistiques.

L'AfD peut également s'appuyer sur les propos d'un polémiste allemand à succès, Thilo Sarrazin, dont l'ouvrage "OPA hostile - Comment l'islam freine le progrès et menace la société" est déjà en tête des ventes sur Amazon, bien qu'il ne soit pas encore disponible en librairie.

Selon lui, l'immigration de personnes de confession musulmane "constitue un danger pour l'avenir des sociétés occidentales".

Ces derniers mois, l'AfD a déjà utilisé une affaire au cours de laquelle un Irakien de 20 ans est soupçonné du meurtre d'une adolescente pour justifier son discours anti-migrants et anti-Merkel, organisant de nombreuses manifestations sur le sujet.

Une stratégie de la tension qui semble porter électoralement ses fruits: l'AfD talonne désormais le parti social-démocrate dans les sondages derrière les conservateurs d'Angela Merkel, alors que des élections régionales se profilent en Bavière et en Hesse en octobre.