POLITIQUE
30/08/2018 16:40 EDT | Actualisé 30/08/2018 16:41 EDT

Modernisation de l'ALÉNA: Philippe Couillard peu loquace sur la gestion de l'offre

En point de presse, M. Couillard, l'air très sérieux, s'est limité à dire que les «choses vont bien».

La Presse canadienne/Jacques Boissinot

LAC-MÉGANTIC, Qc — Après avoir été très volubile sur sa position à l'endroit de la gestion de l'offre, le premier ministre et chef libéral Philippe Couillard avait peu de choses à dire, jeudi après-midi, au terme d'une conférence téléphonique visant à faire le point sur les négociations entourant le renouvellement de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

En point de presse à Lac-Mégantic, M. Couillard, l'air très sérieux, s'est limité à dire que les «choses vont bien», mais qu'il n'avait rien d'autre à dire.

Pressé de questions, le chef du Parti libéral du Québec (PLQ) a affirmé que les participants à la conférence téléphonique — ses homologues des autres provinces et le premier ministre Justin Trudeau — s'étaient mis d'accord pour ne pas faire de commentaires publics compte tenu du stade des pourparlers entre Ottawa et Washington.

LIRE AUSSI:

Pour l'instant, il serait irresponsable de faire d'autres commentaires, a-t-il dit, ajoutant que les positions et préoccupations du Québec étaient «connues».

Certaines informations laissent entendre que le Canada serait disposé à faire des concessions à certaines demandes des États-Unis sur son secteur laitier, qui est protégé, afin de conserver le mécanisme des différends dans une nouvelle mouture de l'accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

Or, M. Couillard a répété qu'il n'accepterait aucune concession sur le système régissant la production de lait, d'oeufs et de volaille.

«M. Trudeau ne m'a jamais indiqué qu'il allait abandonner la gestion de l'offre», a dit le chef libéral.

Des brèches auraient de graves conséquences politiques, avait affirmé le chef libéral la veille, allant même jusqu'à répondre «Just watch me», lorsqu'on lui avait demandé jusqu'où il serait prêt à aller, en évoquant la déclaration de l'ex-premier ministre fédéral Pierre Elliott Trudeau pendant la crise d'octobre 1970 au Québec.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Galerie photo La campagne électorale en images Voyez les images