POLITIQUE
28/08/2018 16:30 EDT | Actualisé 28/08/2018 16:30 EDT

Jean-François Lisée «à la remorque des constructeurs automobiles», dit Gabriel Nadeau-Dubois

Le chef péquiste a pour sa part qualifié la position solidaire sur les véhicules électriques de «radicale».

Photography taken by Mario Guti�rez. via Getty Images

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, juge que la proposition de Québec solidaire d'interdire la vente de véhicules à essence dès 2030 «nuit au débat». Le coporte-parole du parti de gauche, Gabriel Nadeau-Dubois, n'a pas perdu de temps pour l'accuser «d'être à la remorque de l'industrie automobile».

En entrevue à Première Heure avec Claude Bernatchez ce matin, le chef péquiste a même affirmé que la proposition de QS était «radicale».

«La proposition est trop radicale. L'idée générale, c'est par là qu'il faut aller, mais il faut réussir à générer une demande. Nous, on imposerait une loi zéro-émission qui serait plus stricte, qui obligerait les concessionnaires à tenir davantage de véhicules électriques et hybrides.»

«L'objectif est noble, le moyen est un petit peu raide», a plus tard affirmé le chef péquiste en point de presse en marge d'une annonce sur la question de la liberté artistique. «Les gens qui veulent acheter un VUS, il n'y en a pas à l'heure actuelle d'électriques, il n'y en a pas d'hybrides. Il va finir par en avoir, et moi j'espère qu'il va y en avoir le plus rapidement possible», a-t-il poursuivi.

Il existe quelques modèles de VUS disponibles sur le marché en ce moment. «Mais seulement un ou deux, de luxe, ce n'est pas assez», a précisé M. Lisée à Claude Bernatchez.

«De brandir la menace maintenant d'une interdiction, ou d'une amende, ou d'une punition, ou d'une surtaxe, alors que ce n'est pas disponible, franchement je trouve que ça nuit au débat.»

M. Lisée soutient que le PQ «veut se rendre là». «Pour le moment, vous vous rendez au concessionnaire et il y a une liste d'attente [pour les véhicules électriques]. Comment est-ce qu'on peut dire aux gens quand on ne peut pas l'acheter? Alors créons des conditions où le choix existe, favorisons le passage à l'hybride ou à l'électrique, mais arrêtons de faire peur au monde», a-t-il répondu.

Voir la question à 30 minutes de la vidéo:

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, la proposition n'a rien de «radicale». «Le chef du PQ sait-il que Volvo a annoncé que dès 2019 (!), TOUS ses nouveaux modèle seront électriques ou hybrides? Que Buick, Chevrolet et Cadillac vont électrifier complètement ou partiellement TOUS leurs modèles d'ici 2025? Que Volkswagen sera 100% électrique en 2030?», a écrit le candidat solidaire dans Gouin sur Facebook.

Il soutient également que la position de Québec solidaire est calquée sur les mesures du gouvernement Macron en France, ainsi que d'autres pays européens qui ont adopté des mesures semblables, comme la Grande-Bretagne et la Norvège.

«Si M. Lisée croit que nous sommes radicaux, c'est qu'il est à la remorque de tous les acteurs sérieux du débat, en commençant par les constructeurs automobiles eux-mêmes, qui planifient déjà un avenir 100% électrique. Même Ford, le roi du pickup, investira 4,5 milliards $ dans l'électrique d'ici 2020. Ils savent de quel côté le vent tourne», vilipende-t-il.

Galerie photo La campagne électorale en images Voyez les images

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!