NOUVELLES
28/08/2018 09:34 EDT | Actualisé 28/08/2018 17:16 EDT

Après les médias et les réseaux sociaux, Donald Trump s'en prend maintenant à Google

«C'est TRUQUÉ», a-t-il tweeté tôt mardi matin. Mais Google se défend

Leah Millis / Reuters

Le président américain Donald Trump, après avoir déjà accusé la semaine dernière les réseaux sociaux de museler les voix conservatrices, s'en est pris mardi matin à Google, affirmant que les résultats du moteur de recherche étaient "truqués".

"Rechercher 'Trump News' sur Google ne donne que des résultats sur le point de vue / les articles des médias Fake News. En d'autres termes, c'est TRUQUÉ, pour moi et d'autres, afin que presque tous les articles et informations soient NEGATIFS", a tweeté dès 05h24 l'hôte de la Maison-Blanche.

"Fake CNN est proéminente. Les Médias Républicains / Conservateurs et Justes sont écartés. Illégal?", s'est-il par ailleurs interrogé après avoir fait une recherche sur son nom de bon matin.

Selon lui, "96% des résultats sur 'Trump News' viennent de Médias Nationaux de Gauche", ce qu'il estime "très dangereux".

"Google et d'autres suppriment les voix des Conservateurs et cachent les informations positives. Ils contrôlent ce que nous pouvons voir ou pas. C'est une situation très grave dont on s'occupera!", a-t-il ajouté.

Le milliardaire américain avait déjà accusé la semaine dernière "les géants des réseaux sociaux" de réduire au silence "des millions de gens".

"Les gens ont le droit de décider de ce qui est vrai et ce qui est faux, sans censure!", avait-il lancé vendredi sur Twitter, dont il a fait son moyen de communication de prédilection pour contourner les médias qu'il juge être malintentionnés à son encontre.

Google nie tout

En réponse au président des États-Unis Donald Trump, Google affirme que son moteur de recherche ne fait pas la promotion d'un programme politique et que les résultats ne sont pas biaisés par une quelconque idéologie.

Google a expliqué, mardi, que lorsque les utilisateurs recherchent du contenu, "notre objectif est de nous assurer qu'ils reçoivent les réponses les plus pertinentes en quelques secondes".

La société technologique établie à Mountain View, en Californie, dit apporter des "centaines d'améliorations" par année à ses algorithmes pour s'assurer que du "contenu de grande qualité" soit présenté en réponse aux requêtes des utilisateurs.

Google en rajoute: "On ne classe jamais les résultats de recherche pour manipuler un sentiment politique."

Sur son fil Twitter mardi, Donald Trump a accusé Google _ sans présenter de preuve _ de "réprimer" les voix conservatrices et de "dissimuler des informations" et les bonnes nouvelles.

Faisant écho à ses propres attaques contre les médias et à un argument brandi par les conservateurs, il a dit considérer la situation "très grave" et vouloir y remédier.

Son principal conseiller économique, Larry Kudlow, a déclaré aux journalistes que la Maison-Blanche "examinait" la question de savoir si les recherches sur Google devraient être soumises à certaines réglementations.

Donald Trump a déjà formulé des plaintes similaires par le passé, mais cette fois, il a spécifiquement ciblé Google. Le président s'est plaint que les résultats d'une recherche avec les mots "Trump News" ne montraient que les reportages et les points de vue des médias qu'il qualifie de "Fake News". Il prétend que ces résultats montrent que les recherches sont truquées.

Le président soutient que les résultats ne montrent que les articles de "médias nationaux de gauche", et affirme que les "médias républicains/conservateurs" qu'il qualifie d'"équitables" sont exclus.

En après-midi, M. Trump en a rajouté lors d'une rencontre dans le bureau ovale en compagnie du président de la FIFA. Il a déclaré que les entreprises technologiques s'aventuraient en "territoire inquiétant".

Il a prévenu les géants des médias sociaux comme Google, Twitter et Facebook "d'être prudents". Donald Trump a allégué qu'il recevait des "milliers de plaintes" parce que les résultats des recherches "ne sont pas justes à l'égard d'une grande partie de la population".

(Avec AP et PC)

Voir aussi: