NOUVELLES
28/08/2018 07:44 EDT | Actualisé 28/08/2018 07:46 EDT

Chaîne humaine devant le Séminaire des Pères Maristes

Pour soutenir silencieusement les victimes présumées et les féliciter d’avoir dénoncé.

Balavan via Getty Images

Une chaîne humaine est érigée mardi matin devant le Séminaire des Pères Maristes, une institution d'enseignement secondaire privée de Québec, en soutien aux jeunes filles dont des photos à caractère sexuel auraient été échangées par des garçons de la même école.

Cette manifestation a été organisée par Regroupement des groupes de femmes de la région Capitale-Nationale (RGFCN) qui a convié la population à y prendre part.

Le RGFCN affirme que l'objectif de la chaîne humaine matinale est de soutenir silencieusement les victimes présumées et les féliciter d'avoir dénoncé.

La semaine dernière, la Cour supérieure du Québec a ordonné au collège privé de réintégrer trois élèves qui avaient été exclus parce qu'ils faisaient l'objet d'une enquête policière concernant l'échange de photos lors de la dernière année scolaire.

Le juge Daniel Dumais a fait valoir que l'établissement causerait un préjudice puisque sa proposition de changer les élèves d'école impliquait de les déraciner d'un environnement éducatif devenu familier, de mettre de côté une certaine routine, des amitiés, un sentiment d'appartenance plus ou moins présent, de même que les relations avec les professeurs et animateurs.

La direction de l'école avait ensuite fait savoir qu'elle n'avait d'autre choix que de respecter la décision du tribunal.

LIRE AUSSI:

» BLOGUE Séminaire des Pères Maristes: les défis du quotidien des milléniaux

Lundi, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a déclaré que d'aller manifester devant l'école était inutile, considérant que les enfants qui sont en cause n'ont que 12 et 13 ans. Il a ajouté qu'une manifestation contre la décision d'un juge devrait être tenue devant le palais de justice.