POLITIQUE
28/08/2018 07:55 EDT | Actualisé 28/08/2018 12:35 EDT

La CAQ abolirait 5000 postes de la fonction publique dès un premier mandat

Le parti croit qu'il serait en mesure de sabrer 1,2 milliard $ dans les dépenses du gouvernement.

François Legault
Paul Chiasson/PC
François Legault

QUÉBEC - Un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) éliminerait 5000 postes de la fonction publique, a annoncé François Legault lors de son passage à Québec, mardi.

La CAQ entend profiter des départs à la retraite de 36 000 employés de l'État au cours des quatre prochaines années pour couper le nombre de postes administratifs et ainsi réduire la bureaucratie.

Cela se traduirait par une économie de 380 millions $ sur quatre ans, selon les calculs de la CAQ.

En point de presse sur une terrasse surplombant des édifices gouvernementaux, M. Legault a dit croire qu'à l'heure actuelle, 5000 postes (ou 1 pour cent des effectifs) sont actuellement de trop dans la fonction publique québécoise.

Ce sont des gens qui écrivent des rapports à d'autres gens qui écrivent des rapports qui, finalement, (...) servent à alimenter une bureaucratie qui n'est pas nécessaire.François Legault

Cette déclaration a aussitôt fait bondir le représentant du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), qui était sur place pour l'occasion. Un message "populiste et électoraliste", s'est-il offusqué.

"Je n'ai aucun de mes membres qui est inutile au niveau des services à la population, a déclaré Christian Daigle, président-général du SFPQ. Est-ce qu'un garde du corps de M. Legault, qui ne donne pas un service à la population, est inutile?"

Au contraire, soutient M. Daigle, le gouvernement doit embaucher plus de personnel. "On manque d'agents de secrétariat dans les ministères, on manque de techniciens en informatique, on manque d'inspecteurs aussi. (...) Qu'on m'explique c'est où ce trop lourd là, c'est où qu'on est en surplus d'effectifs."

Pour lui, ne pas remplacer 5000 postes dans la fonction publique réduirait assurément l'offre et la qualité des services à la population.

"C'est sûr que les services à la population vont être touchés d'une façon ou d'une autre, a-t-il argué. Les gens qui vont prendre leur retraite ne sont pas seulement des gens qui font des rapports sur des rapports comme M. Legault veut le dire. C'est un inspecteur, un technicien, des gens qui donnent de l'aide sociale."

N'empêche, le chef caquiste assure que sa proposition est raisonnable. Mardi, il a expliqué avoir mis "de l'eau dans son vin" et être plus "réaliste et conservateur" qu'en 2014, alors qu'il promettait plutôt d'éliminer 20 000 postes.

Il n'a pas exclu cependant d'aller éventuellement plus loin. "On va commencer dans les quatre prochaines années par ces 5000 postes", a-t-il dit.

Par ailleurs, le chef caquiste a affirmé faire cette annonce à Québec, car ses résidants sont le plus à même de constater le "gaspillage" dans la fonction publique.

"Je me suis souvent posé la question: "Pourquoi nos propositions pour plus d'efficacité sont mieux reçues à Québec?" Je pense que les gens de Québec sont très conscients justement qu'il y a des gains d'efficacité à faire", a-t-il déclaré.

Au total, la CAQ croit qu'elle serait en mesure de sabrer 1,2 milliard $ dans les dépenses du gouvernement d'ici la fin de son premier mandat.

La formation politique s'engage également à regrouper les 400 Centres de traitement informatique et les services en technologies de l'information, à numériser les services administratifs du gouvernement, et à réduire d'au moins 10 pour cent les coûts d'approvisionnement en biens et services du gouvernement.

terme, estime la CAQ, ces mesures combinées permettront des économies de 800 millions $ d'ici quatre ans.

LIRE AUSSI:
» Québec solidaire interdirait la vente de véhicules à essence dès 2030
» Couillard assure que les engagements du PLQ en éducation sont réalisables
» François Legault promet un crédit d'impôt plus élevé pour un 2e ou 3e enfant

Galerie photoLa campagne électorale en images Voyez les images