POLITIQUE
27/08/2018 17:40 EDT | Actualisé 28/08/2018 09:44 EDT

Philippe Couillard dit non aux débats dans Roberval

Il n'en voit tout simplement pas l'utilité.

Patrick Lauzon/FOTOimage

Le chef libéral Philippe Couillard ne voit "pas l'utilité" de se livrer à un débat à titre de député sortant avec les autres candidats dans sa circonscription de Roberval.

Son bilan parle pour lui-même, et en outre, il prend déjà part à trois débats nationaux, a-t-il fait valoir dans une conférence de presse à Saint-Félicien lundi.

Jean-François Lisée ainsi que Manon Massé prendront pourtant part à des débats dans leurs circonscriptions respectives, Rosemont et Sainte-Marie-Saint-Jacques.

"Ils feront ce qu'ils veulent", a répliqué à ces exemples M. Couillard, bien campé dans son refus.

"Je n'en vois pas l'utilité, il n'y a pas un député qui a fait autant pour la région et pour le comté que moi", a-t-il poursuivi, en ajoutant qu'il n'en avait pas fait non plus en 2014, à sa première élection comme député de cette circonscription.

"Je fais amplement ma part de débats", a justifié le chef libéral, évoquant ainsi les trois grands débats télévisés à venir, deux en français et un en anglais.

"Je comprends que mes adversaires (locaux) voudraient attirer l'attention, mais je vais plutôt me concentrer sur le reste de ma campagne."

M. Couillard fait face à un jeune candidat péquiste, Thomas Gaudreault, âgé de 21 ans, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ) a désigné lundi sa candidate. ll s'agit de Denise Trudel, l'ancienne députée caquiste de Charlesbourg, battue en 2014.

Quant au chef caquiste François Legault, son entourage a fait savoir qu'il accordera des entrevues locales dans sa circonscription de L'Assomption, mais qu'il n'y avait pas de demande de débat jusqu'à maintenant.

À voir aussi: