POLITIQUE
26/08/2018 10:27 EDT | Actualisé 26/08/2018 13:43 EDT

La CAQ part à la conquête de la couronne nord de Montréal

Il s'attaque à la taxe scolaire pour y arriver.

Catherine Lévesque

TERREBONNE, Qc — Pour conquérir la couronne nord de Montréal, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a choisi d'exploiter le thème de la taxe scolaire.

Dimanche matin à Terrebonne, sa caravane s'est garée devant une résidence située sur la frontière où se rejoignent deux commissions scolaires, celles de la Seigneurie-des-Mille-Îles et des Affluents, pour illustrer "l'injustice imposée par les libéraux", qui ont créé un taux de taxe unique dans chaque région adminstrative.

Mais la première est située dans Les Laurentides, la seconde en Lanaudières.

La CAQ, elle, promet de créer un taux unique pour tout le Québec.

"La maison qui est juste là-bas à ma droite, cette maison paie un taux de taxe scolaire de 0,10 $ du 100 $, a affirmé le chef caquiste en gesticulant en direction de la demeure en question. L'autre maison, qui est juste à côté, paie un taux de taxe scolaire de 0,27 $ du 100 $. Deux fois et demi le taux de la maison qui est voisine!

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

"Le propriétaire de la maison qui est la plus à droite a perdu à la loterie libérale, il n'a rien fait de mal dans la vie, mais il a perdu à la loterie libérale", a-t-il renchéri.

En vertu de la loi 166 adoptée en mars par le gouvernement Couillard, le taux de taxe est unique dans chaque région, et il est basé sur le taux le plus bas dans la région. Chaque propriétaire foncier au Québec peut également compter sur une exemption de base sur les premiers 25 000 $ de la valeur de sa maison.

"On s'en rappelle, Philippe Couillard, durant la campagne électorale de 2014, avait regardé dans les yeux les Québécois et leur avait dit: "Je vous promets que les taxes scolaires, je ne vais pas les laisser augmenter de plus que l'inflation, a attaqué M. Legault. Depuis quatre ans, les taxes scolaires ont augmenté de 25 pour cent au Québec. Donc une autre promesse rompue."

Mais le chef caquiste a vite dû se défendre d'être lui-même revenu sur une de ses promesses. En 2014, il s'était engagé à éliminer la taxe scolaire.

Il a expliqué en point de presse que les temps avaient changé. "C'était effectivement un engagement, a-t-il reconnu. Si j'avais été élu en 2014, j'aurais réalisé mon engagement. (...) Je pense que c'est normal que d'une campagne à l'autre, on réévalue nos propositions."

François Legault dit maintenant vouloir se garder "une marge de manoeuvre" et "répartir ses efforts" pour entre autres augmenter les allocations familiales, créer des prématernelles 4 ans et ramener le tarif de garderie à 8,05 $ par jour pour tous.

Le rythme lent du meneur

M. Legault était en tournée dimanche dans la couronne nord de Montréal.

Sur l'heure du midi, il a annoncé la candidature de Lucie Lecours, l'actuelle directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Les Moulins (CCIM), dans la nouvelle circonscription Les Plaines.

Le chef caquiste doit ensuite se rendre au Marché 440 à Laval, dans la circonscription de Sainte-Rose. Selon l'horaire prévu, sa journée doit se terminer vers 16 h.

En point de presse, il a également dû se défendre de mener une campagne prudente, beaucoup plus lente que celles de ses adversaires.

"Ça fait deux mois que je suis sur le terrain à temps plein, je n'ai pas pris de vacances cet été, a-t-il répondu. On fera le bilan le 1er octobre."