POLITIQUE
24/08/2018 15:59 EDT | Actualisé 24/08/2018 18:04 EDT

Élections 2018: la vision en santé des libéraux a convaincu Gertrude Bourdon

Si les libéraux sont reportés au pouvoir, Philippe Couillard a confirmé qu'elle sera nommée ministre de la Santé.

La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Après plusieurs rebondissements, c'est maintenant officiel. Gertrude Bourdon sera candidate du Parti libéral du Québec.

L'ex-présidente-directrice générale du Centre hospitalier de Québec (CHU) - Université Laval, qui se présentera dans la circonscription de Jean-Lesage à Québec, a été présentée aux médias par Philippe Couillard, vendredi après-midi.

Le secret de Polichinelle a aussi été révélé: si les libéraux sont reportés au pouvoir, Mme Bourdon deviendra ministre de la Santé. Gaétan Barrette, lui, irait au Conseil du trésor.

Mme Bourdon, une infirmière, a indiqué que le Parti libéral était le seul avec lequel ses valeurs concordaient. Elle a aussi mentionné que le PLQ était le parti qui partageait sa vision "d'un système de santé fort et solide".

"J'aime magasiner, mais quand je magasine, je me rends au magasin, quand le magasin vient à ma porte, j'appelle ça être sollicitée", a-t-elle répondu concernant ses discussions avec la CAQ qui ont achoppé, alors que la CAQ avait déjà annoncé sa candidature.

On a rapporté qu'elle demandait à la CAQ une hausse de 8 pour cent du budget en santé et de ne pas rouvrir l'entente avec les médecins spécialistes.

"On discute, ce sont des discussions privées. (...) Je n'étais pas en négociations."

La députée péquiste Agnès Maltais a rapporté que Mme Bourdon lui avait indiqué que son parti était le Parti québécois.

Or Mme Bourdon a répliqué qu'elle était fédéraliste, avait voté non aux référendums, et elle a nié "absolument" les propos de Mme Maltais.

Elle a toutefois ajouté qu'elle avait "un très grand respect pour Mme Maltais".

On a rapporté aussi qu'elle avait dit qu'elle ne ferait jamais le saut au PLQ. "Je n'ai jamais dit ça", a-t-elle aussi démenti.

La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Le chef libéral Philippe Couillard a défendu sa nouvelle protégée en laissant entendre que les réactions de ses adversaires ne font que prouver qu'ils sont déçus et envieux de ne pas l'avoir recrutée.

"Ce sont des gens qui ont désespérément tenté de recruter Mme Bourdon et ils ont échoué, d'ailleurs ils devraient se demander pourquoi ils ont échoué."

M. Couillard a défendu Mme Bourdon, qui a songé à se présenter pour la Coalition avenir Québec (CAQ) et qui, selon le Parti québécois, aurait également eu des discussions avec le parti souverainiste.

Il est "naturel" que la candidate ait suscité l'intérêt de plusieurs formations politiques, a-t-il expliqué.

Selon lui, on ne devrait pas reprocher à Mme Bourdon "d'avoir voulu connaître les intentions de différents partis" sur la santé.

"Quand vient le temps d'une élection, on analyse, on compare et on choisit. Elle a analysé, elle a comparé, et elle a choisi le Parti libéral du Québec", a-t-il déclaré.

Couillard défend le bilan de Barrette

M. Couillard a aussi confirmé que Gaétan Barrette, actuel ministre de la Santé, prendra les rênes du Conseil du trésor advenant une victoire du PLQ aux élections générales.

M. Couillard a toutefois insisté pour défendre le bilan de Géatan Barrette à la tête du ministère et a ajouté que Mme Bourdon poursuivrait le travail amorcé par son prédécesseur.

Le premier ministre a précisé qu'il s'agirait de ses seules annonces de la campagne en ce qui a trait à son futur conseil de ministre.

Avec des informations de La Presse canadienne.

À voir également:

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Galerie photo La campagne électorale en images Voyez les images