NOUVELLES
23/08/2018 08:11 EDT | Actualisé 23/08/2018 08:12 EDT

Trump s'est-il trahi lui-même en admettant avoir acheté le silence de deux femmes?

Dans une interview à Fox News diffusée ce jeudi, le président américain a peut-être reconnu un crime puni par la loi américaine.

Il reconnaît sans ambages avoir été au courant des paiements faits à ses maîtresses. Mardi, Donald Trump a vécu une journée noire, probablement la plus difficile depuis sa prise de fonction à la Maison-Blanche. Plusieurs de ses proches ont connu des revers considérables, au premier rang desquels son ancien avocat personnel Michael Cohen.

Ce dernier a effectivement avoué devant un juge avoir versé 130 000 et 150 000 dollars à deux femmes, l'ex-actrice porno Stormy Daniels et la playmate Karen McDougal - qui ne sont pas nommées dans la déposition, mais dont l'identité est pratiquement certaine au vu des dates et des montants évoqués-, et cela pour acheter leur silence quant aux liaisons extra-conjugales que le désormais président des États-Unis a entretenues avec elles. Un paiement effectué "à la demande" de Donald Trump selon Michael Cohen, dans le but de préserver son image avant l'élection présidentielle qu'il remportera finalement en novembre 2016.

"Ce n'est même pas une infraction"

Attaqué de toutes parts, Donald Trump a évidemment tenu à réagir. Il a donc accordé une interview à la chaîne d'information Fox News, toujours très complaisante avec lui, un entretien qui sera diffusé jeudi. Et dans un extrait mis en ligne pour attiser la curiosité des téléspectateurs, le milliardaire admet sans gêne aucune avoir eu connaissance de ces flux financiers.

"Oui j'ai su a posteriori", répond-il à la journaliste Ainsley Earhardt qui l'interroge. "Mais ce ne sont pas des fonds qui ont été prélevés sur le budget de la campagne. Ils venaient de moi. J'ai tweeté d'ailleurs à ce propos. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais j'ai tweeté au sujet des paiements." Et de conclure -pour ce qui est de l'extrait déjà disponible en tout cas- en expliquant fièrement: "Ils ne venaient pas de la campagne, et c'est un élément majeur. Parce que ce n'est même pas une infraction aux lois électorales."

Des montants trop élevés pour respecter la loi électorale

Et pourtant, comme l'expliquent nos confrères du HuffPost américain, le président des États-Unis pourrait bien avoir ainsi avoué un crime au regard de la loi fédérale américaine. En effet, Donald Trump semble convaincu qu'en expliquant qu'il a utilisé ses fonds propres pour acheter le silence de deux femmes en vue de ne pas écorner son image de présidentiable, il n'a commis aucune infraction.

Pourtant, cette version détonne par rapport à celle livrée par Michael Cohen, qui, elle, pourrait bien valoir des ennuis judiciaires au magnat de l'immobilier. Face à un juge de Manhattan, l'ex-avocat du président a ainsi plaidé coupable d'avoir participé de manière excessive au financement d'une campagne électorale en donnant 130.000 dollars de sa poche à Stormy Daniels et en facilitant le paiement de 150 000 dollars à Karen McDougal, effectué par une entreprise privée.

Or ces deux paiements constituent de fait des donations en nature à la campagne de Donald Trump, à en croire la déposition de Michael Cohen, dons qui excèdent largement le plafond de 2.700 dollars fixé par la loi pour ce qui est des versements individuels. D'autant qu'aucune de ces deux donations n'a été admise publiquement au moment de l'élection par l'organisation de la campagne de Donald Trump.

Donald Trump a-t-il lui-même trahi sa stratégie?

Par ailleurs, et toujours dans sa même déposition effectuée dans un tribunal de Manhattan le 21 août, Michael Cohen explique qu'il a versé les 130 000 dollars de sa poche en croyant que la Trump Organization, l'entreprise de Donald Trump, allait les lui rembourser. Si ce paiement avait eu lieu dans le simple but de protéger la réputation de son client, en dehors de toute considération électorale, Donald Trump pourrait s'en sortir aux yeux de la loi américaine.

Mais comme semblent l'expliquer à la fois le témoignage de Michael Cohen et l'interview de Fox News dans laquelle Donald Trump clame haut et fort que l'argent venait directement de lui, un juge pourrait considérer que l'objectif final de ces transactions était de protéger la réputation du milliardaire en vue de son élection. Puisqu'il parle désormais assez librement de ces paiements, Donald Trump ne paraît effectivement plus préoccupé par sa réputation dans l'absolu, maintenant qu'il a remporté la présidentielle de 2016.

"Enjoy!"

Pendant longtemps, et jusqu'à être acculé dans l'interview de Fox News par les aveux de Michael Cohen, Donald Trump avait pourtant toujours nié avoir planifié l'achat du silence de Stormy Daniels et de Karen McDougal. En juillet, CNN avait pourtant publié un enregistrement dans lequel on l'entendait évoquer sa stratégie pour faire taire la playmate, et en avril, il avait nié en bloc le récit fait des événements par l'ex-actrice porno. Sa nouvelle communication vient-elle de le trahir en révélant les fins électorales de ces deux paiements et donc de le plonger dans un embarras juridique? La diffusion de l'interview complète ce jeudi pourrait bien apporter quelques éléments de réponse.

Le président américain, lui, semble pourtant tout à fait serein. À quelques heures de la diffusion sur Fox News, il enjoignait à ses abonnés de "profiter" de la séquence. Et n'hésitait pas à se féliciter une fois de plus de sa victoire à la présidentielle. "La seule mauvaise chose que j'ai faite, c'est de gagner une élection dans laquelle tout le monde attendait que ce soit Hillary la corrompue et les démocrates qui l'emportent. Le problème, c'est qu'ils ont oublié de faire campagne dans de nombreux États!"