POLITIQUE
23/08/2018 13:01 EDT | Actualisé 23/08/2018 16:10 EDT

Maxime Bernier abandonne les conservateurs pour fonder son propre parti fédéral

Tout un moment pour divorcer!

La Presse canadienne/Adrian Wyld
Maxime Bernier a annoncé sa décision lors d'une conférence de presse à Ottawa.

Maxime Bernier formera bel et bien son nouveau parti politique fédéral. Il a confirmé ses intentions dans une conférence de presse jeudi après-midi.

«La position de mon parti sur plusieurs questions m'a convaincu que sous le leadership actuel, il a pratiquement abandonné ses principes conservateurs fondamentaux», a lancé Bernier.

Il a notamment dénoncé les positions de son parti sur la gestion de l'offre et les barrières tarifaires. «Je n'arrive toujours pas à comprendre comment un parti censé défendre le libre-marché appuie un petit cartel qui fait augmenter artificiellement le prix du lait, du poulet et des oeufs pour des millions de consommateurs canadiens», a-t-il affirmé.

J'en suis graduellement venu à la conclusion que ce parti est trop corrompu, intellectuellement et moralement, pour être réformé. Maxime Bernier

Il a par la suite fait valoir que «la gestion de l'offre est devenue l'un des principaux obstacles à un accord avec les États-Unis sur l'ALENA», déplorant au passage que le parti conservateur se soit rangé derrière le gouvernement libéral sur cette question.

Lisez la déclaration complète de Maxime Bernier ici:

» Pourquoi je quitte le Parti conservateur du Canada

Un nouveau parti à venir

Le nouveau parti voulu par Bernier sera basé sur des principes de libre-marché de droite. Un conseiller senior a indiqué au HuffPost qu'il serait semblable au parti Wildrose de l'Alberta.

«Je ne sais pas ce qui arrivera, c'est un grand gamble, a indiqué au HuffPost Canada une source proche de Bernier jeudi matin. Mais Maxime est là pour défendre ses idées. Il ne veut pas faire de compromis.»

Il y a deux semaines encore, Bernier avait toujours l'intention de se présenter comme candidat conservateur aux prochaines élections. Il aurait alors pu se proposer comme successeur au chef Andrew Scheer advenant une défaite de ce dernier.

Mais après la série de tweets du député québécois critiquant les libéraux pour la trop grande place accordée à la diversité, notre source souligne qu'il était devenu clair que la vision de l'ancien ministre n'était plus la bienvenue et qu'il pourrait bien se voir montrer la porte de sortie du caucus.

Bernier avait toujours considéré la création d'un parti comme une deuxième option.

«Maxime, son premier choix était de demeurer un conservateur et de participer à une autre course à la chefferie, a soutenu notre source. Mais après avoir été désavoué par le leader et certains collègues, il a abandonné l'idée d'être élu à la tête du parti et de le transformer. Il ne croit plus que ce soit possible.»

LIRE AUSSI:

Par ailleurs, Bernier a déjà été approché par le Parti libertarien, mais sentait que le parti serait trop restrictif. «Il aurait eu l'air de joindre un parti marginal. Nous devons viser beaucoup plus haut que ça. Le but est d'obtenir le plus de soutien possible.»

Sur la question du multiculturalisme, plusieurs membres du Parti libertarien auraient aussi été en désaccord avec Bernier, a également noté la source.

Ce mois-ci, Bernier a publié une série de tweets attaquant le premier ministre Justin Trudeau pour son soutien envers ce qu'il qualifie de «multiculturalisme extrême»

Scheer a répondu ensuite qu'il ne partageait pas les vues de Bernier et que les affirmations de ce dernier — bien qu'encore membre du caucus — n'engageaient que lui.

Scheer réagit

Réagissant en point de presse quelques minutes plus tard, Andrew Scheer a accusé Maxime Bernier «d'aider Justin Trudeau» en prévision des élections fédérales de 2019 et a suggéré que le Beauceron avait mal digéré sa défaite.

«Depuis qu'il a perdu la course à la chefferie, Maxime ne cesse de démontrer qu'il cherche plus à faire valoir son image personnelle qu'à défendre les principes conservateurs», a-t-il dit.

Il a rejeté toute suggestion que son parti laisse tomber ses principes fondateurs.

«C'est le Parti conservateur du Canada qui mène la bataille contre la taxe sur le carbone, c'est le caucus conservateur qui se bat pour une immigration planifiée et ordonnée, qui se bat pour des budgets équilibrés et contre les impôts pour les petites entreprises», a-t-il énuméré. - La Presse canadienne

L'annonce du départ de Maxime Bernier a suscité une réaction similaire du côté de Stephen Harper: