POLITIQUE
22/08/2018 16:33 EDT | Actualisé 22/08/2018 17:02 EDT

La nouvelle «escouade mobilité» de Montréal sévira... même contre les chantiers conformes

Même si les constructeurs ont obtenu tous les permis nécessaires, les inspecteurs pourront forcer des modifications.

carterdayne via Getty Images

Montréal sévit désormais contre les chantiers qui obstruent indûment la voie publique... même lorsqu'elle a expressément accordé le droit à l'entrepreneur de le faire.

L'administration Plante a dévoilé mercredi les détails de son «escouade mobilité», une promesse électorale fort attendue pour s'attaquer à la congestion dans la métropole. Les six inspecteurs de l'escouade parcourront les principales artères du centre-ville, du Plateau-Mont-Royal et du Sud-Ouest pour s'assurer que les chantiers n'empiètent pas illégalement sur la rue ou le trottoir, que les camions ne sont pas stationnés en double et que personne n'est garé dans une piste cyclable.

Or, selon la mairesse Valérie Plante, la Ville agira même contre des entreprises de construction qui ont obtenu tous les permis nécessaires et qui les respectent à la lettre.

«Si un permis a été accordé, mais qu'il est visiblement inadéquat — comme refaire du marquage de rue en heure de pointe — l'escouade peut intervenir. C'est la même chose pour une utilisation approuvée, mais dont l'impact sur mobilité est plus grand que prévu», affirme-t-elle.

La Ville a testé son escouade lors d'un projet pilote qui s'est déroulé entre le 1er juin et le 15 août, en collaboration avec le Service de police de la Ville de Montréal et le Centre de gestion de la mobilité urbaine. Déjà, 1438 interventions ont eu lieu. Les entraves ont été réglées dans plus de 90% des cas, selon la Ville.

Respecter ses engagements

Les commentaires de la mairesse font sourciller François Vincent, porte-parole de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).

«On s'attend à ce que la Ville respecte tout le monde et qu'elle respecte les engagements qu'elle a pris. [...] Les entrepreneurs doivent avoir un minimum de prévisibilité lorsqu'ils prennent le temps de remplir les formulaires et passer à travers le tracas administratif», dit-il.

M. Vincent affirme que les constructeurs porteront une attention particulière à la mise en place de l'escouade mobilité. Pour l'instant, l'APCHQ ne prévoit pas de bataille judiciaire contre la Ville.

L'escouade mobilité ne doit pas être confondue avec la «brigade des chantiers», également promise en campagne électorale. Cette brigade, qui n'a pas encore été formée, doit faire des visites surprises sur les chantiers de la Ville afin de s'assurer que les entreprises qui obtiennent des contrats publics respectent les plans et devis.