POLITIQUE
22/08/2018 17:29 EDT | Actualisé 22/08/2018 17:43 EDT

La nouvelle candidate caquiste Anna Klisko voulait se représenter pour le PLQ

Elle avait failli gagner contre Manon Massé dans Sainte-Marie-Saint-Jacques en 2014.

Twitter/@AnnaKlisko

Anna Klisko espérait se représenter pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques à Montréal, mais le parti lui a préféré un autre candidat. Elle a depuis été confirmée candidate pour la Coalition avenir Québec (CAQ).

C'est ce que révèle un courriel interne obtenu par le HuffPost Québec en date du 31 juillet dernier. À ce moment-là, elle exprime son choc et sa tristesse d'avoir appris sa «démotion» à travers des résidents de sa circonscription.

Lors des dernières élections provinciales, en 2014, Mme Klisko avait failli ravir la circonscription à la coporte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, qui a finalement gagné par 91 voix.

Jamais je n'aurais pensé que quelqu'un aurait pris ma place sans m'en parler de vive voix et sans me rencontrer physiquement, surtout après ma campagne de 2014. Anna Klisko

Son allégeance a depuis changé. Cette semaine, la CAQ a confirmé que l'avocate spécialisée dans les domaines du litige civil, du droit administratif et de la Régie du logement porterait les couleurs de la CAQ dans Sainte-Marie-Saint-Jacques.

«J'ai très hâte de discuter avec les électeurs de ma circonscription, disait-elle. Je suis impatiente de leur expliquer comment la CAQ compte relancer le Québec et améliorer notre vie ensemble, ici, dans Sainte-Marie-Saint-Jacques.»

Son compte Twitter indique toujours qu'elle est candidate libérale dans la circonscription. Il est inactif depuis le 7 avril 2014, date du dernier scrutin.

Le feu vert à Louis Charron

Mme Klisko a tenté de porter les couleurs libérales de nouveau. Dans son courriel, elle dit avoir tenté de rencontrer l'organisatrice en chef du PLQ, Josée Lévesque, sans succès. Les deux femmes avaient convenu de se voir en juin, mais Mme Lévesque aurait eu des imprévus.

Mme Lévesque aurait par la suite confirmé à Mme Klisko que Louis Charron avait manifesté de l'intérêt pour devenir candidat et que «quelqu'un au PLQ» lui aurait donné le «feu vert». M. Charron a été officiellement investi le 8 août.

«Jamais je n'aurais pensé que quelqu'un aurait pris ma place sans m'en parler de vive voix et sans me rencontrer physiquement, surtout après ma campagne de 2014 et mon implication à travers toutes ses (sic) années», écrit Mme Klisko.

L'ex-candidate affirme avoir pris le «comté orphelin» sous son aile et avoir été la «représentante officielle» du parti dans la Sainte-Marie-Saint-Jacques en 2014, 2015, 2016 et 2017.

Elle admet cependant avoir été moins présente dans la circonscription entre janvier et mai 2018, en raison de son travail d'avocate, ses responsabilités de directrice d'une garderie et son rôle de mère.

Pas une surprise, dit la CAQ

La CAQ dit être au courant que Mme Klisko avait tenté d'approcher son ancien parti pour les élections à venir. Il n'a pas été possible de parler à la principale concernée.

«Mme Klisko a été transparente dès le début de son processus de candidature qu'elle avait approché le parti qu'elle a déjà représenté lors des élections de 2014. Elle est déçue que des échanges de nature privée se retrouvent sur la place publique», a réagi Ewan Sauves, attaché de presse du parti.

«Ceci dit, Mme Klisko en est venue à la conclusion que c'est à travers la CAQ qu'elle pourra véritablement améliorer le sort des familles de Sainte-Marie–Saint-Jacques. Mme Klisko est fière de faire partie de notre équipe. Elle a d'ailleurs hâte de faire campagne pour défendre le programme de la CAQ.»

Le PLQ, de son côté, n'avait pas réagi au moment de publier.