BIEN-ÊTRE
20/08/2018 15:49 EDT | Actualisé 22/08/2018 16:56 EDT

Les trans dans la pub: lentement, mais sûrement

Témoignage de Chris Bergeron, Vice-Présidente Expérience de contenu chez Cossette.

Dans le cadre du Festival Mode & Design (20 au 25 août Place des Festivals de Montréal), le volet des conférences et tables rondes est certainement l'un des points d'orgue de ces 5 journées émaillées de défilés et de présentations. Parmi les discussions attendues, celle sur la diversité des corps, des identités et des origines dans la mode et le monde de l'image a retenu notre attention. Entretien avec Chris Bergeron, Vice-Présidente Expérience de contenu chez Cossette qui participe mardi 21 août à cet échange.

Chris, celle qui dit d'elle-même qu'elle a longtemps vécu dans la peau d'un homme sur différents degrés de représentation plus ou moins virile au gré des saisons de sa vie, a troqué définitivement Christophe pour Chris. Elle est désormais une femme.

LEDA & ST-JACQUES

Le regard et le jugement des autres

«Quand j'étais au magazine Voir et que j'écrivais des articles beauté, j'étais plus androgyne. Devenu rédacteur en chef du titre, j'étais plus dans un rôle de "mec". C'était une autre époque, il y a de cela 13 ans. Je n'étais pas à ce point là de ma vie. Et puis à force j'ai recommencé à exprimer une part de féminité à géométrie variable. De passer d'homme blanc avec un peu d'androgynie à trans, on se rend compte du prix à payer. J'ai eu de la chance côté ma carrière, ça va très bien. Mais sur d'autres plans, ce n'est pas si facile. Face aux regards des autres, aux jugements, on devient militante. »

« Le regard des autres, ça peut être difficile. Il faut apprendre à vivre avec. C'est une question de gérer les énergies.»

Les trans en publicité, lentement...

Au coeur de cette discussion, il y a plusieurs aspects dont il sera question au sujet des trans. De la représentativité bien sûr, mais aussi comment aller au-delà de l'effet de mode en mode et en dans le monde de la communication?

«La représentation des minorités sexuelles, c'est une prise de position pour les marques. À terme cela deviendra un choix de casting anodin, quand nous serons passés au-delà du militantisme. »

«La publicité est le miroir de la société. Disons-le on veut vendre des produits à des gens. Nous, on se doit d'être une représentation fidèle de la société. Mais ça serait se méprendre de penser que la publicité va forcer un projet de société. Le public change, la société change et c'est ce que la publicité démontre. On essaie d'être la représentativité de la diversité telle qu'elle est. On vit dans une société métissée, il s'agit pour nous de réfléchir cet équilibre-là. Il ne s'agit pas de caser des personnes trans dans chaque campagne publicitaire. Et pour dire la vérité sur 100 campagnes, on a fait intervenir un trans. »

Montréal plus inclusive? Témoignage personnel

Chris Bergeron

« Ici, on m'appelle souvent "Monsieur", pas à Paris par exemple contre toute attente. Cela s'explique probablement parce que les gens à Montréal sont moins sensibles aux codes de la féminité. Quand je porte une robe, des talons, et que je suis maquillée, et qu'on m'appelle Monsieur, je dis NON. Montréal, ce n'est pas la ville des Calinours comme on aime souvent à le répéter à tort. On m'a souvent traitée de guenon, de travelo, de sale PD, de pute. Les voitures qui s'arrêtent et qui te demandent "combien tu prends?", les regards amusés en coin.... on te regarde avec curiosité. Le combat n'est pas gagné, il reste beaucoup à faire. »

Table ronde: diversité dans la mode et le monde de l'image: 21 août 2018 à 20h30 - Édifice Wilder, 1435 rue de Bleury. Gratuit sur réservation.

À VOIR AUSSI