POLITIQUE
16/08/2018 16:10 EDT | Actualisé 16/08/2018 16:10 EDT

Justin Trudeau veut créer un jour férié consacré à la réconciliation avec les peuples autochtones

La journée visera à se souvenir des souffrances vécues dans les pensionnats fédéraux.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes

Justin Trudeau a confirmé jeudi l'intention de son gouvernement de créer un jour férié consacré à la réconciliation avec les peuples autochtones.

Le premier ministre a expliqué que la journée visera à se souvenir des souffrances vécues dans les pensionnats fédéraux pour enfants autochtones et à réfléchir à la réconciliation.

Devant les journalistes à Saint-Eustache, au Québec, il a indiqué que le gouvernement fédéral consultait actuellement les groupes qui représentent les Premières Nations, les Inuits et les Métis pour choisir une date appropriée et décider de la façon dont ce congé devrait être encadré.

«Au cours des dernières décennies, générations et derniers siècles, le Canada a échoué dans l'un de ses engagements fondamentaux de respecter et d'être partenaire des peuples autochtones qui vivent sur ce territoire depuis des millénaires», a dit M. Trudeau.

«Nous avons brisé cette relation, nous avons échoué à préserver l'honneur de la Couronne et, bien plus encore, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour tenter d'effacer les cultures autochtones avec de tels projets comme les pensionnats», a-t-il ajouté.

La création d'un jour férié en mémoire des pensionnats pour Autochtones était l'une des 94 recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

Un projet de loi d'initiative parlementaire présenté par la députée néo-démocrate Georgina Jolibois propose actuellement d'établir un jour férié le 21 juin, soit à l'occasion de la Journée nationale des peuples autochtones.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a affirmé que les Premières Nations appuient la création d'une journée nationale pour «reconnaître l'héritage tragique et pénible des pensionnats», se souvenir avec respect des enfants arrachés à leur maison et à leur famille, tout en honorant les survivants et leurs proches.

«L'ère des pensionnats est effectivement un chapitre sombre, et nous ne devons jamais l'oublier», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Pendant plus d'un siècle

Les pensionnats gérés par l'Église et financés par le gouvernement fédéral ont existé pendant plus d'un siècle. Des enfants autochtones étaient arrachés à leur famille, généralement à partir de la fin du mois de septembre, et envoyés dans des écoles où ils ont été victimes de violences sexuelles, psychologiques et physiques.

Le précédent gouvernement conservateur a présenté des excuses officielles en 2008 pour ce chapitre sombre de l'histoire canadienne.

Si le Parlement approuve la création de ce jour férié, celui-ci ne sera en vigueur que dans les milieux de travail réglementés par le fédéral, soit la fonction publique, les ports, les aéroports, les transporteurs aériens et les entreprises de télécommunications.

Les provinces et les territoires qui voudraient adopter un éventuel jour férié devront amender leur code du travail respectif en ce sens.

Le débat sur le projet de loi reprendra à l'automne après la reprise des travaux à la Chambre des communes.

L'année dernière, une majorité de députés ont voté pour que le jour du Souvenir ait le même statut juridique que la fête du Canada.

Le 11 novembre est un jour férié pour les travailleurs sous réglementation fédérale et tous les autres travailleurs sous réglementation provinciale à l'extérieur de l'Ontario, du Québec, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador.

La Légion royale canadienne a critiqué le fait que le jour du Souvenir devienne une fête légale, craignant que l'attitude du public à l'égard du 11 novembre ne change et ne masque les cérémonies solennelles qui ont lieu chaque année un peu partout au pays.