POLITIQUE
15/08/2018 06:30 EDT | Actualisé 15/08/2018 06:31 EDT

Le square Viger sera enfin réaménagé... quatre ans plus tard que prévu

D'abord pensé comme legs du 375e, le nouveau square ne verra le jour qu'en 2021.

Olivier Robichaud

C'est enfin parti pour le réaménagement du square Viger, ce parc moribond qui devait se refaire une beauté à temps pour le 375e anniversaire de Montréal. La Ville de Montréal accordera le contrat de construction mercredi matin, mais la date de livraison finale est repoussée de quatre ans par rapport à l'échéancier initial.

Le square Viger en a fait voir de toutes les couleurs à l'administration municipale depuis l'annonce de son réaménagement. L'endroit a été fermé en 2016 pour commencer les travaux et les itinérants qui le fréquentaient ont été déménagés au Champ de Mars, à l'entrée du Vieux Montréal.

Peu après, la Ville s'est rendue compte que le ministère des Transports du Québec (MTQ) n'avait pas de données suffisantes sur l'état du tunnel Ville-Marie, qui passe sous le square. De nouvelles études ont été commandées pour s'assurer que les pelles mécaniques ne défoncent pas la structure pour se retrouver sur l'autoroute 720. Entre autres problèmes potentiels.

Après de nombreuses démarches et une augmentation du budget, qui atteignent désormais 38,2 M$ en comptant les services professionnels et les travaux préparatoires, le projet peut enfin aller de l'avant. Selon le nouvel échéancier de la Ville, les travaux devraient commencer en octobre.

30,9 M$ pour refaire les rues

Parallèlement au réaménagement du Square, les rues Saint-Denis, Berri, Viger et Saint-Antoine subiront aussi une cure jeunesse. Cet aspect du projet fait passer la facture totale à 69,1 M$, auxquels s'ajoutent 2,4 M$ de travaux de la Commission des services électriques de Montréal.

La Ville souhaite notamment remettre la rue Saint-Denis à sens unique vers le sud entre Viger et Saint-Antoine. Sa transformation en rue bidirectionnelle sur ce tronçon était pourtant une condition essentielle à la concrétisation d'un projet voisin, celui du recouvrement de l'autoroute Ville-Marie près du Champ de Mars.

Cité en 2015 par le journal 24 Heures, le ministre des Transports de l'époque, Robert Poëti, affirmait que la fermeture de la bretelle de sortie Sanguinet/Saint-Laurent dépendait de la modification de la circulation sur Saint-Denis.

Les documents soumis aux élus mercredi ne mentionnent aucune entente entre la Ville et le MTQ à ce sujet.

Les automobilistes se dirigeant vers le sud n'auront toutefois pas accès à l'ensemble de la chaussée, puisque seulement deux voies sur trois seront conservées lors du réaménagement.

Les espaces de stationnement de la rue Saint-Antoine disparaîtront également des abords du square Viger afin de maintenir la bande cyclable.

La patinoire de l'îlot Clark aussi

Un autre projet qui a pris du retard recevra le feu vert mercredi. Le contrat pour construire la patinoire réfrigérée de l'îlot Clark, entre autres aménagements, sera finalement accordé à Construction TEQ. La facture finale sera de 59,2 M$, en plus des services professionnels, soit presque 12 M$ de plus que l'estimation municipale.

Ville de Montréal
La future esplanade Clark constitue la dernière phase du réaménagement du Quartier des spectacles.

En plus de la patinoire, l'îlot Clark recevra notamment un espace public et un bâtiment multifonctionnel. Il devait être inauguré à la fin de 2019, mais l'échéancier a été repoussé à juin 2020.

L'îlot Clark est en quelque sorte la cerise sur le sundae du projet de revitalisation du Quartier des spectacles. Après 10 ans et 1,7 G$ d'investissements privés et publics, la transformation de ce secteur névralgique de la ville est presque accomplie.