POLITIQUE
15/08/2018 17:25 EDT | Actualisé 15/08/2018 17:25 EDT

Montréal demandera à Ottawa d'interdire les armes d'assaut et de poing

La déclaration sera présentée au conseil municipal lundi.

Getty Images/iStockphoto

La Ville de Montréal se prépare à demander une interdiction des armes d'assaut et de poing au gouvernement fédéral quelques semaines après l'adoption d'une motion similaire par les élus municipaux de Toronto.

La déclaration sera présentée au conseil municipal lundi par le président de la Commission de la sécurité publique, Alex Norris. Il souhaite que le gouvernement Trudeau renforce C-71, son projet de loi sur le contrôle des armes à feu, «en interdisant la possession privée des armes d'assaut et des armes de poing» sauf pour les forces de l'ordre et les forces armées.

Montréal demandera également à Ottawa de resserrer les critères lors de l'achat d'autres types d'armes à feu pour éviter qu'elles ne tombent entre les mains d'individus à risque.

«Pour les armes de chasse, on peut avoir des arguments en faveur, a expliqué M. Norris en entrevue. Mais dans le cas des armes de poing et des armes d'assaut, ce sont des armes vraiment policières ou militaires auxquelles les membres du public ne devraient pas avoir accès.»

La déclaration cite des données de Statistique Canada, selon lesquelles les armes de poing sont utilisées dans 60 pour cent des crimes commis avec des armes à feu.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

De nombreux Canadiens investissent sans le savoir dans des compagnies qui vendent des armes à feu
Ottawa ouvert à resserrer les lois sur les armes à feu
Le trafic d'armes en hausse au Canada

Le premier ministre Justin Trudeau, de passage à Val-d'Or mercredi, s'est dit à l'écoute de la requête des deux plus grandes villes du pays.

«Je pense qu'il y a une grande prise de conscience qui est en train de se passer à travers le pays», a-t-il dit en faisant allusion à la fusillade survenue la semaine dernière à Fredericton et à celle survenue à Toronto quelques semaines plus tôt.

«On a encore des choses à entendre et des réflexions à faire pour les prochaines étapes (du projet de loi C-71) et certainement d'entendre Toronto et probablement Montréal aussi, ça nous aide dans notre réflexion», a-t-il ajouté.

La déclaration montréalaise rappelle que des armes d'assaut ou de poing ont été utilisées dans plusieurs attentats commis sur son territoire, soit celui de l'École Polytechnique en 1989, de l'Université Concordia en 1992 et du Collège Dawson en 2006. Elle fait également référence à l'attentat, plus récent, de la mosquée de Québec survenu en janvier 2017.

Le conseil municipal de Toronto a adopté en juillet une résolution demandant à Ottawa de bannir la vente d'armes de poing et d'assaut sur son territoire, quelques jours après qu'un tireur eut ouvert le feu dans le quartier Danforth, tuant deux personnes et en blessant 13 autres.

Contrairement aux deux grandes villes, l'Association canadienne des chefs de police ne demande pas de grands changements législatifs pour le contrôle des armes à feu. Son nouveau président, Adam Palmer, également chef de la police de Vancouver, estime que les contrôles déjà en place sont «très bons».

Le problème serait plutôt l'acquisition illégale d'armes à feu par des criminels. Un comité a été créé lors de la rencontre annuelle des chefs de police qui s'est terminée mercredi à Halifax pour analyser les statistiques sur la violence par arme à feu et émettre des recommandations.

À voir aussi: