NOUVELLES
15/08/2018 18:40 EDT | Actualisé 15/08/2018 18:40 EDT

Guerre commerciale avec les États-Unis: Québec annonce des mesures pour soutenir les entreprises

Ce plan fait suite aux démarches amorcées le 20 juin dernier par le premier ministre et son équipe.

Jacques Boissinot/PC

Québec débloque près d'un milliard de dollars pour soutenir les entreprises aujourd'hui menacées par les politiques protectionnistes de l'administration Trump.

Mercredi à Québec, le premier ministre Philippe Couillard a présenté un plan quinquennal de 863 millions $ qui vise à donner de l'oxygène aux entreprises par des aides financières directes et un allègement fiscal, à soutenir l'investissement pour améliorer la productivité, à favoriser la formation des travailleurs et à encourager la diversification des marchés.

Ce plan fait suite aux démarches amorcées le 20 juin dernier par le premier ministre et son équipe pour «dénoncer et atténuer» les répercussions des décisions du président américain Donald Trump, notamment celle d'augmenter les tarifs douaniers entre le Canada et les États-Unis dans les secteurs de l'acier, de l'aluminium et de l'agriculture.

«Ce à quoi je pense, c'est au travailleur qui aime son emploi, qui en a besoin pour faire vivre sa famille, pour payer l'hypothèque, l'épicerie et les vacances d'été», a déclaré M. Couillard, en précisant avoir lui-même participé à une vingtaine de missions aux États-Unis depuis l'élection de M. Trump.

«Je pense à l'entrepreneur qui a de l'ambition, mais qui hésite à investir, a-t-il poursuivi. Je pense à l'agriculteur, au producteur laitier qui se demande si ce qu'il a passé sa vie à bâtir avec fierté sera encore rentable dans quelques années, s'il pourra léguer son entreprise à son fils ou sa fille.»

Le gouvernement aidera ainsi les entreprises touchées à dégager les liquidités nécessaires afin qu'elles puissent poursuivre leurs activités, en versant une aide aux entreprises assujetties à des droits, et en accordant une réduction immédiate de cotisation au Fonds des services de santé (FSS) pour les PME. Cette dernière mesure coûtera 260 millions $ au Trésor public.

Le plan vise également à favoriser les investissements:

- en améliorant la productivité dans le secteur agricole;

- en bonifiant temporairement le crédit d'impôt à l'investissement (CII);

- en bonifiant le programme ESSOR pour le manufacturier innovant et le programme PME en action;

- en favorisant l'accès des entreprises aux marchés publics québécois.

De plus, 55 millions $ iront à des mesures d'appui à la main-d'oeuvre et 15 millions $ au développement de nouveaux marchés. Le gouvernement compte renforcer les bureaux du Québec dans les autres provinces afin de développer davantage les échanges interprovinciaux.

Les retombées attendues de ce plan sont de l'ordre de 3 milliards $ d'ici cinq ans.

«Nous vivons une situation exceptionnelle qui commande une réponse exceptionnelle, a affirmé le premier ministre. Le pari qu'on envoie à M. Trump finalement, c'est quoi? Faites ce que vous pensez devoir faire, nous on va produire le mieux possible, le plus possible, au meilleur coût possible et on va gagner.

«Rappelons-le, sans les marges de manoeuvre dégagées par nos efforts des dernières années, il n'aurait pas été possible de réagir de manière aussi décisive», a-t-il tenu à souligner.

La plupart des mesures annoncées entrent en vigueur immédiatement. À quelques jours du déclenchement des élections provinciales, M. Couillard a plaidé pour leur maintien, quoi qu'il arrive, étant donné qu'elles font «consensus» et qu'elles sont des «prolongations» de ce qui est déjà en cours.

Le Conseil du patronat (CPQ) s'est réjoui, mercredi, du «renforcement» du plan d'aide aux entreprises touchées par les mesures protectionnistes américaines.

«Le contexte d'instabilité économique mondial dans lequel nous vivons justifie la mise en place de telles mesures afin de s'assurer que notre économie reste la plus résiliente possible, a déclaré le président-directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval. Les mesures annoncées garderont notre environnement d'affaires compétitif et attrayant tout en favorisant la diversification des marchés devenue nécessaire en raison des relations tendues avec notre voisin du Sud.»