POLITIQUE
15/08/2018 14:14 EDT | Actualisé 15/08/2018 14:14 EDT

«C'est au tour de l'Est de Montréal», affirme le chef péquiste Jean-François Lisée

Un gouvernement du PQ investirait des milliards $ dans le transport, les écoles, les hôpitaux et les terrains contaminés de l'Est.

On sent que Jean-François Lisée (centre) et les chefs des autres partis sont déjà en campagne, même si elle n'est pas encore officiellement lancée.
Olivier Robichaud
On sent que Jean-François Lisée (centre) et les chefs des autres partis sont déjà en campagne, même si elle n'est pas encore officiellement lancée.

Jean-François Lisée promet «plusieurs milliards de dollars» en investissements gouvernementaux dans l'Est de Montréal si le Parti québécois (PQ) est élu le 1er octobre. Il estime que le secteur peut s'attendre à un «retour d'ascenseur» pour avoir été au coeur du développement industriel du Québec.

En conférence de presse mercredi, M. Lisée s'en prend au gouvernement libéral, l'accusant d'avoir retardé à la fin du mandat plusieurs projets touchant l'Est de l'île, notamment le prolongement de la ligne bleue du métro et l'agrandissement de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«Si on doit trouver un endroit au Québec qui a été victime du manque de compassion du gouvernement libéral, c'est l'Est de Montréal. [Cette région], c'est la base de notre industrie manufacturière. Le Québec a une dette envers l'Est de Montréal parce que c'est là que sa richesse première a été créée», affirme-t-il.

M. Lisée a rappelé plusieurs promesses déjà annoncées, notamment la mise au rancart du Réseau express métropolitain et son remplacement par le «Grand Déblocage». Ce grand chantier ajouterait un tramway qui relierait la pointe de l'île aux lignes verte et bleue du métro. Deux autres promesses, soit la navette fluviale et la ligne d'autobus express sur le boulevard Saint-Jean-Baptiste, ont déjà été réalisées.

Le Parti québécois investirait aussi dans la réfection des écoles et la décontamination des anciennes zones industrielles, entre autres.

L'Est de Montréal compte plusieurs bastions péquistes, notamment Hochelaga-Maisonneuve, Bourget et Pointe-aux-Trembles. Le site d'agrégation de sondages Qc125.com prédit toutefois de chaudes luttes dans chacun de ces comtés et la Coalition avenir Québec (CAQ) semble être en tête.

Les dernières projections du site indiquent même que le PQ serait expulsé de l'île de Montréal ainsi que du reste de la province, sauf les extrêmes nord et est.

M. Lisée est également en danger dans son propre comté de Rosemont, où le PQ, la CAQ et Québec solidaire — qui présente le candidat vedette Vincent Marissal — obtiennent chacun 24% des intentions de vote. Le Parti libéral suit de près avec 21%.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:


M. Lisée minimise l'importance de ce genre de données.

«Notre insistance sur les sondages préélectoraux semble indiquer qu'il y a des gens qui n'apprennent pas vite. Les sondages préélectoraux aux dernières élections provinciales, fédérales, municipales et même aux élections françaises et américaines ont montré qu'ils sont d'une très faible utilité pour prédire le résultat du scrutin», dit-il.

M. Lisée se dit confiant que le Parti québécois remportera à la fois la circonscription de Rosemont et la majorité des sièges à l'Assemblée nationale.