POLITIQUE
14/08/2018 17:42 EDT | Actualisé 14/08/2018 17:50 EDT

Les denturologistes ne veulent pas tomber dans l'oubli à l'aube des élections

Ils veulent que le ministre Gaétan Barrette se mêle du dossier.

Getty Images/iStockphoto

QUÉBEC – L'Ordre et l'Association des denturologistes du Québec veulent éviter que leurs revendications tombent dans l'oubli, à quelques jours du déclenchement des élections.

Dans une lettre envoyée le 7 août et obtenue par le HuffPost Québec, les denturologistes exhortent le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à prendre position sur la modernisation des lois professionnelles entourant leur pratique, un dossier qui traîne depuis environ 16 ans.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, s'était penchée sur le dossier pendant son mandat, mais la réforme promise n'a pas abouti lors de la dernière législature. Elle ne se représentera pas aux prochaines élections.

«On ne veut pas que le projet soit mis de côté», affirme Robert Cabana, président de l'Ordre des denturologistes du Québec, qui se défend d'agir à quelques semaines d'un possible changement de gouvernement.

C'est peut-être un coup d'épée dans l'eau, mais que voulez-vous qu'on fasse d'autre?

Il a envoyé la lettre aux chefs de tous les partis politiques, ainsi que la présidente de l'Office des professions Diane Legault afin que l'enjeu ne tombe pas dans l'oubli. «C'est peut-être un coup d'épée dans l'eau, mais que voulez-vous qu'on fasse d'autre?»

Le projet de loi devait permettre aux hygiénistes dentaires de pratiquer sans la supervision d'un dentiste, comme cela se fait dans d'autres provinces canadiennes, et aux denturologistes de poser des prothèses dentaires fixes sur des implants.

Or, il a été bloqué notamment en raison d'une poursuite déposée ce printemps par l'Ordre des dentistes, qui veut limiter les interventions des denturologistes. Les procédures judiciaires pourraient durer quelques années.

M. Cabana affirme que les règles actuelles entourant sa profession sont «obsolètes» et nuisent à la capacité de ses membres de bien exercer leur travail. «On veut une assurance que tout ce travail-là n'a pas été fait pour un rien», indique-t-il.

La ministre Vallée n'a pas voulu se prononcer sur le dossier, en raison des procédures judiciaires en cours. Le bureau du ministre Barrette s'est lui aussi refusé à tout commentaire, puisqu'il indique que ce n'est pas de son ressort.

Les membres du gouvernement Couillard se réuniront pour un dernier conseil des ministres mercredi matin. La campagne électorale, de son côté, commencera la semaine d'après, soit le 23 août.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!