NOUVELLES
04/08/2018 19:12 EDT | Actualisé 04/08/2018 19:15 EDT

Freeland se dit «très désireuse» de conclure les négociations de l'ALÉNA

Les négociations sont redevenues «intensives» à la suite des élections mexicaines du mois dernier.

Gustavo Graf Maldonado / Reuters

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, s'est dite «très désireuse» de conclure les négociations de l'ALENA après s'être absentée à la dernière série de pourparlers entre les États-Unis et le Mexique.

Mme Freeland a déclaré aux journalistes lors d'une conférence téléphonique qu'elle était impatiente de conclure les négociations, qui selon elle, sont redevenues «intensives» à la suite des élections mexicaines du mois dernier.

Elle a reconnu que les négociations avaient piétiné avant le scrutin présidentiel mexicain. Les trois pays ont convenu de reprendre les discussions.

Cependant, le Canada n'a pas participé aux pourparlers de vendredi entre le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le ministre mexicain de l'Économie, Ildefonso Guajardo, à Washington.

Mme Freeland a expliqué que l'absence canadienne était attribuable au fait que ses homologues voulaient discuter de questions intéressant plus particulièrement leurs deux pays. Elle assure avoir été en contact avec eux.

La ministre a dit qu'elle est prête à revenir à la table des négociations après avoir passé plusieurs jours à Singapour pour la Conférence post-ministérielle annuelle de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE)-Canada.

«C'est une bonne chose pour les trois pays que les négociations soient de retour sur une voie intensive», a-t-elle déclaré.