NOUVELLES
01/08/2018 18:04 EDT | Actualisé 01/08/2018 18:04 EDT

L'opposition critique le gouvernement Trudeau pour la pénurie d'«EpiPen»

Des observateurs préviennent que ce genre de pénuries pourraient continuer à se reproduire.

THE CANADIAN PRESS/AP, Mark Zaleski

Les partis de l'opposition à Ottawa demandent aux libéraux de Justin Trudeau de s'attaquer à la pénurie d'auto-injecteurs d'épinéphrine, qui peuvent sauver des vies en cas de réaction allergique grave.

Selon le porte-parole néo-démocrate en matière de santé, Don Davies, le gouvernement fédéral a le devoir de veiller à ce que ces injecteurs, commercialisés sous le nom d'«EpiPen», soient toujours disponibles en quantité suffisante dans les pharmacies du pays. M. Davies serait même prêt à menacer les détenteurs de brevets pharmaceutiques de perdre le droit de vendre leurs produits sur le marché canadien.

Les conservateurs, de leur côté, demandent au gouvernement d'encourager le développement d'un approvisionnement canadien.

Le géant pharmaceutique Pfizer, établi aux États-Unis, produit ses «EpiPen» dans une usine située près de Saint-Louis, au Missouri; aucun autre médicament similaire n'est vendu au Canada. Pfizer a déclaré cette semaine que ses stocks d'«EpiPen» sont très bas, et que les doses pour adultes risquent de manquer en août.

Des observateurs préviennent que ce genre de pénuries pourraient continuer à se reproduire parce que rien n'oblige les sociétés pharmaceutiques à assurer un approvisionnement constant.

Santé Canada, de son côté, a simplement indiqué que toute personne qui subirait une réaction anaphylactique et qui n'aurait qu'un «EpiPen» périmé devrait l'utiliser quand même, avant de composer immédiatement le 9-1-1.

«C'est inacceptable que la réponse de Santé Canada à la pénurie d'EpiPen ait été de dire à la population d'utiliser des injecteurs expirés, a soutenu M. Davies mercredi. La ministre de la Santé n'aurait jamais dû laisser cette situation risquée se produire. C'est maintenant à elle de corriger les choses immédiatement.»

Les néo-démocrates demandent à Santé Canada d'exiger des détenteurs de brevets qu'ils fournissent le médicament, sans quoi ils perdront leur autorisation de vente sur le marché canadien. «Lorsque des compagnies pharmaceutiques étrangères ne parviennent pas à fournir des médicaments susceptibles de sauver des vies aux Canadiennes et aux Canadiens, le gouvernement fédéral peut et doit agir», a soutenu le député Davies.